Troyes et l'Aube précurseurs



L’homéopathie à Troyes


 

L’homéopathie est une méthode thérapeutique qui consiste à soigner (à doses infinitésimales) au moyen de remèdes capables, à fortes doses, de produire chez l'homme sain des symptômes semblables à ceux de la maladie à combattre.

 

C'est le principe de la similitude énoncé par Hippocrate, au V° siècle avant J-C. et « redécouvert » par un médecin saxon, Hahnemann, au XIX° siècle, lorsqu'il réalise que l'écorce de quinquina provoque les mêmes symptômes que la « fièvre tierce ».

 

Mais, ce n'est qu'au début du XXe siècle, avec l'apparition des premiers laboratoires puis l'engouement pour le paramédical, qu'elle commence son histoire industrielle.

 

Jean-Marie-Victor Chaupitre nait en 1859. Il entre chez les Frères de l’école chrétienne, et travaille à la pharmacie où sont fabriqués des élixirs, pâtes dentifrices et pastilles pectorales. Il est ordonné prêtre en 1894.

 

En 1904, il pense être atteint d’un cancer de l’estomac. Il rencontre alors l’abbé Chauvel qui lui conseille une méthode encore peu connue et méprisée : l’homéopathie. Trois jours après le début du traitement, il recommence à s’alimenter sans régurgiter, et huit jours plus tard, retrouve tout son appétit.

 

De même, plusieurs guérisons interviennent dans l'entourage de l'empereur Napoléon III.

 

L'abbé planche alors sur les principes de l'homéopathie. Il se met à préparer des remèdes qu’il diffuse gratuitement, et  très vite, soigne des patients avec succès.

 

Il guérit une enfant condamnée par une méningite. La nouvelle fait grand bruit, et il comparait devant un tribunal, sur plainte du syndicat des médecins et de celui des pharmaciens. Accusé d’exercer illégalement la médecine, l’abbé répond que ce n’est pas le diplôme qui guérit, ni même le médecin, mais le médicament. Il est condamné à 200 francs d’amende et 200 francs de dommages et intérêts.

 

Il est aussi rappelé à l'ordre par sa hiérarchie : un paroissien rapporte que Chaupitre aurait un jour conseillé à une femme stérile de changer de conjoint si elle n'avait pas de résultat, malgré la prise de l'une de ses formules.

 

Les journaux locaux prennent sa défense, de nombreux témoins se pressent pour rendre hommage à ses compétences et son désintéressement.

 

En 1920, Chaupitre fait placarder des affiches intitulées : « Un mensonge universel. Je dis que Landru est moins criminel que les allopathes ».

 

Procès et condamnations s'enchaînent, jusqu'à conduire Chaupitre en prison en 1923 et 1925, pendant 3 mois.

 

Manifestations et pétitions en sa faveur se succèdent. Ses meubles, qu'il est contraint de vendre à plusieurs reprises, sont rachetés par ses partisans et lui sont restitués.

 

A l'occasion d'une nouvelle condamnation, en 1926, à la veille de son arrestation, il prend la fuite et s’exile en Belgique.

 

En février 1928, la marque Abbé Chaupitre est déposée.

 

Troyes est une des premières villes à vendre ces médicaments en exclusivité à la Pharmacie Jean GUR, place Jean-Jaurès. 

 

Le guide de Jean Gur, de 34 pages, nomme 225 maladies guéries par l’homéopathie et de nombreux témoignages de malades viennent le confirmer : « Après 20 ans de souffrances nuit et jour par des plaies variqueuses, je suis guérieSouffrant de rhumatismes et d’ulcères aux jambes, je restais allongée toute la journée. Maintenant je fais de très longues promenades… Je vous prie de publier ma lettre, pour le bien de l’humanité…».

 

Aujourd’hui, un tiers des Français croit à l’homéopathie, avec un succès croissant auprès des médecins.

 

Elle est utilisée dans le monde entier, et connaît une croissance régulière.

 

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

 

Rechercher sur le site :