Histoires d'eau


La Seine à Troyes


La Seine et ses bords tiennent du livre d’histoire, de géographie et de voyages. L’histoire de la Seine est beaucoup plus qu’on ne l’imagine au premier abord, l’histoire de la France elle-même ", a écrit Charles Nodier.

 

La Seine a été navigable dans les temps les plus reculés. Pendant plusieurs siècles, elle est couverte de bateaux qui lui apportent tout ce dont elle manque.

 

L’empereur Julien dit en 356, que la Seine "  a une eau très pure et très agréable à boire, ce qui est d’un grand secours pour les habitants, et a une hauteur à peu près égale en hiver et en été ".

 

Au IV° siècle avant Jésus-Christ, c’est l’artère vitale de la voie de l’étain.

 

Alors que la famine sévit à Paris en 486, sainte Geneviève vient chercher 11 bateaux de grains qui sont transportés à Paris par la Seine.

 

En 859, le roi Charles-le-Chauve abandonne à l’abbaye de Saint-Denis, le cours de la Seine et ses dérivations.

 

C’est sous le gouvernement intelligent des comtes de Champagne, Hugues, Thibaud II le Grand et Henri le Libéral, du XI° au XIII° siècle, que les eaux de la Seine sont distribuées dans notre ville. L’ensemble de ces travaux, n’est rien moins qu’un chef-d’œuvre considérable, digne d’être comparé à celui qui peut s’exécuter de nos jours et qui avait pour but :

1-) la sûreté de la ville, pour se défendre des barbares, une ceinture d’eau étant indispensable,

2-) son alimentation : la Seine fournissant l’eau suffisamment, en toutes saisons. En effet la ville trouve dans ses puits de faible profondeur, une eau trop souvent douteuse, à boire.

3-) les comtes se préoccupent de l’irrigation à l’intérieur de Troyes, en faisant creuser, à partir de la Seine, le canal des Trévois, le Grand-Ru, le Petit-Ru.

Grâce aux canaux, les terrains marécageux se trouvent assainis.

Des digues sont élevées sur les rives, et les eaux, exhaussées au-dessus de leur niveau naturel, fournissent 6 chutes d’eau successives, un ensemble de 11 vannes représentant une force motrice de plus de 1.000 chevaux, qui font marcher les moulins, papeteries, blanchisseries... tanneurs et bouchers  s’installent le long, l’eau courante étant indispensable à leurs travaux.

4-) la dérivation de la Seine, fut une haute conception d’économie politique.

5-) dès le XII° siècle, l’eau étant pure, on place des huches dans lesquelles on entretient le poisson destiné à l’alimentation des habitants.

6-) il existe de nombreux lavoirs au fil de l’eau, et en 1866, est créé cours Jacquin, sur la Seine, un bateau-lavoir de 190 places.

 

Au XII° siècle, les pierres de la construction de notre cathédrale, sont amenées à Troyes par notre rivière : " par le moyen de la navigation, on peut voiturer des pierres dures et tendres, y ayant dans le pays haut des carrières inépuisables, de la chaux, de la brique, du pavé, pour la ville de Troyes, dont les maisons sont en bois et où la pierre est plus mauvaise qu’en aucune ville du royaume ".

 

Des bateaux de marchandises descendent de Troyes au Havre.

 

En 1511, Louis XII délivre des lettres-patentes relatives à la navigation de la Seine entre Troyes et Bar-sur-Seine : " tout molins, nasses, brages et autres choses, estant sur la rivière, empêchant le navigaige, seront rompus après indemnité préalable ".

 

En 1551, le curage de la rivière est ordonné par le Conseil de Ville, sur la plainte des mariniers. Les meuniers sont assignés pour se voir condamnés à tenir en bon état les grandes vannes de leurs moulins par où passent les bateaux.

Pendant plusieurs siècles, elle est couverte de bateaux qui lui apportent tout ce dont elle manque.

 

Louis XIII, en 1616, délivre des lettres-patentes pour contraindre les habitants des " villages circonvoisins à 4 lieues à la ronde ", à venir travailler au curage de la rivière, pour les besoins de la navigation.

 

Un arrêt du Conseil d’Etat de 1635, ordonne que la Seine, de Polisy à Paris soit libre pour le flottage des bois.

 

En 1705, un coche d’eau part de Troyes tous les jeudis, et de Paris tous les mardis.

  

Napoléon 1er prend en 1805 un décret afin que la seine soit navigable jusqu’à Chatillon-sur-Seine.

En 1839, la mairie de Troyes établit une Ecole de natation sur le bras de la Seine entre le pont Saint-Jacques et celui des Fileurs. En 1864, création des Bains froids sur le bras de la Seine qui borde le mail de Chaillouet. En 1874, s'ouvre une Ecole de Natation à l'entrée du Mail des Charmilles, et en 1876, une Ecole de Natation à l'usage des hommes, sur la Seine, le long du Mail de Chaillouet. 

 

Deux réacteurs nucléaires, développant une puissance de 1 300 MW, sont installés sur la Seine, à Nogent-sur-Seine, en 1988. Ils produisent en moyenne 18 milliards de kWh par an, soit un tiers de la consommation annuelle d'électricité de la Région Ile-de-France. La centrale nucléaire de Nogent emploie 700 personnes. Les prises d'eau en Seine pour le refroidissement, sont de la plus haute importance pour la sûreté de l'installation. 

  

Le Syndicat mixte d’aménagement de la vallée de la Seine et de l’agglomération troyenne, présidée par Valéry Denis poursuit la rénovation de tous les ouvrages hydrauliques de notre rivière (10 millions d’euros), comme le gouffre des Charmilles.

 

En 2008, François Baroin, maire de Troyes a le projet de la mise en valeur et de l’aménagement de ces berges de la Seine.

Il s’agit de faire redécouvrir la Seine aux Troyens et de les aider à se réapproprier cet élément majeur de leur environnement et faire de ces berges un espace de détente et de promenade qui ferait le tour du bouchon de Champagne.

En 2012, c’est en partie réalisé.

 

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

Rechercher sur le site :