Religion



Parpaillots, gens sans foi dans l’Aube ?


 

« Parpaillots, gens sans foi dans l’Aube » lit-on dans « Problèmes missionnaires de la France rurale » publié en 1945, par le chanoine Boulard, sociologue, Curé d’une paroisse rurale, puis aumônier de la JAC (Jeunesse agricole chrétienne).

 

M. le chanoine ne devait pas bien connaître notre département !

 

Ce que nous savons d’une façon certaine et irréfutable, par le langage des pierres et les connaissances des lieux-dits, c’est qu’il y a peu de contrées qui ont été aussi pénétrées par l’influence chrétienne dès le Bas-Empire, influence singulièrement fortifiée au cours de Moyen Age !

 

Un seul exemple : regardons sur une carte si l’Aube, particulièrement la vallée de la Seine est chrétienne.

 

De Troyes, en direction de Méry-sur-Seine, sur un parcours de moins de 28 km, se succèdent : Pont-Sainte-Marie, Sainte-Maure, Saint-Benoît, Rilly-Sainte-Syre, Droupt-Saint-Basle, Droupt-Sainte-Marie, soit 6 communes sur 13 dédiées à un Saint ou à une Sainte.

 

La rive gauche de la Seine est aussi sanctifiée, puisque sur 8 villages, 6 portent le nom d’un Saint ou d’une Sainte.

 

Très serrées autour de la ville de Troyes apparaissent les communes de Saint-Parres-aux-Tertres, Saint-Julien, Saint-André, Sainte-Savine, La Chapelle-Saint-Luc, Barberey-Saint-Sulpice.

 

Un seul territoire neutre autour de la capitale des Tricasses : Les Noës.

 

Ainsi, l’encerclement spirituel a survécu aux sièges, aux démolitions, aux changements de régime.

 

Les remparts et les portes fortifiées ont été rasés, mais l’esprit demeure et continue à planer sur les lieux.

 

La meilleure preuve, si tous ces villages, au cours de la Révolution furent privés de leur titre séculaire, lorsque la tourmente fut passée, la voix populaire remit en bonne place tous les Saints : Rilly-la-Raison se rend à Sainte-Syre, Mont-Bel-Air se redonne à Sainte-Maure, Thury redevient Saint-Benoît-sur Seine.

 

Consultons un livre vieux de près de 200 ans : « Les Saints du Diocèse de Troyes et Histoire de leur culte ».

 

Que peut-on y apprendre au sujet de nos villages étirés tout au long de la Seine ? C’est à Rilly que Savinien, premier apôtre du christianisme dans le diocèse, persécuté, chercha refuge. Vers la fin du XI° siècle, saint Aderald chanoine et archidiacre de Troyes, apporte de son voyage de la Terre Sainte, un morceau de pierre du sépulcre de Jésus-Christ. Il fait bâtir à Samblières un monastère de l'ordre de Cluny, où il dépose cette pierre, et auquel il donne le nom de Saint-Sépulcre, qui devient dès lors celui du village, les seigneurs s'intitulant châtelains du Saint-Sépulcre.

 

Autres saints de l’Aube : Aventin, Baussange, Bernard de Clairvaux, Pierre de Celle, Bienheureuse Emeline, Fiacre, Frobert, Germaine, Hélène Hoïlde, Jean de Troyes, Jule, Mathie, Maure, Mesmin, Parre, Robert, Savinien, Tanche, Urvain IV, Winebaud, et plus récemment, Marguerite Bourgeois et le R.P. Brisson.

 

Autres villages de l’Aube portant un nom de saint : St-Aubin, St-Benoist-sur-Vanne, St-Christophe Dodinicourt, St-Etienne-sous-Barbuise, St-Flavy, St-Germain, St-Hilaire-sous-Romilly, St-Jean-de-Bonneval, St-Léger-près-Troyes, St-Léger-sous-Brienne, St-Léger-sous-Margerie, St-Loup-de-Buffigny, St-Lupien, St-Lyé, St-Mards-en-Othe, St-Martin-de-Bossenay, St-Mesmin, St-Nabord-sur-Aube, St-Nicolas-la-Chapelle, St-Oulph, St-Parres-les-Vaudes, St-Phal, St-Pouange, St-Remy-sous-Barbuise, St-Thibault, St-Usage, Ste-Maure, Dierrey-St-Julien, Dierrey-St-Pierre, Mesnil-St-Loup, Mesnil-St-Père, Mesnil-Sellière, Orvilliers-St-Julien, Le-Pavillon-Ste-Julie, Plaine-St-Lange, Précy-Notre-Dame, Précy-St-Martin, Rouilly-St-Loup, Vallant-St-Georges.

 

Ajoutons les hameaux : St-Aventin (Verrières), St-Denis (St-Christophe), St-Didier (Dosnon), St-Eloy (La Loge-Pomblin), St-Georges-le-Petit (Vallant-St-Georges), St-Lange (Plaines), St-Liébault (Estissac), St-Martin (St-Remy-sous-Barbuise), St-Martin-les-Daudes (Verrières), St-Nicolas (Rosany), St-Tribure ((Fuligny), St-Vinebaud (St-Martin-de-Bossenay), Ste-Suzanne (Poivres), Ste-Syre (Rilly-Ste-Syre), Ste-Thuise (Dommartin-le-Coq), Baires-St-Parres (St-Parres-au-Tertre), Braux-St-Père (Braux), Bréviandes-St-Léger (St-Léger), Croix-St-Jacques (St-Mards-en-Othe), Grand-St-Georges (Vallant-St-Georges), Mesnil-St-Georges (Ervy-le-Châtel), Moline-St-Julien (St-Julien), Notre-Dame-d’Ormont (Arrembécourt), Notre-Dame-du-Chêne (Crespy), Petit-St-Julien (St-Julien), Petit-St-Georges (Vallant-St-Georges), Petit-St-Mesmin (Fontaine-les-Grés).

 

Pour terminer, n’oublions pas les fermes : de St-Bouin (St-Mards), St-Etienne (Vallentigny), St-Gabriel (Vendeuvre), St-Georges (Vallant), St-Jacques (Jully-sur-Sarce), St-Joseph (Chaource), St-Joseph (Thill), St-Joseph-des-Champs (Vougrey), St-Lucine (Rhèges), St-Martin (Ailleville), St-Montiéramey), St-Parres (St-Nicolas), St-Victor (Soulaines), St-Victor (Mesnil-St-Père), St-Victor (Braux), St-Victor (Plancy), Ste-Catherine (Thennelières), Ste-Elisaberh (Bragelogne), Ste-Eulalie (Rosières), Ste-Germaine (Bar-sur-Aube), Ste-Marie (Pouy), Ste-Scholastique (Rosières), Ste-Suzanne (Mailly).

 

Avant d’en faire l’inventaire, je reconnais que je ne pensais pas que notre petit département de l’Aube était un de ceux qui comportaient le plus de saints : 27, et tant de villes, villages ou fermes portant un nom de Saint : 106 ! !    

 

Peut-on encore dire « Repaires de parpaillots, gens sans foi dans l’Aube ? ». Non, nos villages ont une vie, ils ont une âme.    

 

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

Rechercher sur le site :