Le Sport à Troyes


Pourquoi un OMS ?


 

Après avoir créé un Service des Sports à la Mairie, j’ai souhaité créer une première Commission Extra Municipale en 1965 : l’Office municipal des sports et de la jeunesse de Troyes (OMSJT).

En premier lieu, parce qu’à mon avis, les membres de la Commission des Sports du Conseil Municipal, tout compétents qu’ils soient, ne pouvaient représenter toute la population, toutes ses aspirations, tous les courants de pensée.

Mon but était de mettre au contact de la réalité, les dirigeants, les responsables des Associations, les utilisateurs des installations municipales, les fonctionnaires, les Conseillers municipaux, le Maire, avec leurs soucis.

Il ne fallait pas que chacun ignore les difficultés des autres.

         Je voulais ouvrir le dialogue, le plus large possible, créer et maintenir un climat de confiance réciproque, au sein de l’OMS, malgré les différences politiques, philosophiques ou confessionnelles des uns et des autres.

L’OMS a été un véritable foyer de démocratie, ayant pour objectif de répandre la pratique des activités sportives, dans une optique humaniste, en s’adressant à ceux qui pratiquaient déjà, mais aussi à ceux qui ne pratiquaient pas encore, afin de permettre à toutes et à tous de le faire.

Je n’ai jamais voulu que l’OMS s’immisce dans la gestion des affaires municipales et n’empiète sur les attributions des Fédérations, Ligues ou Comités.

Comme cela était inscrit dans ses statuts, l’OMS a su exprimer les besoins de la population, en matière de pratique de l’Education Physique, Sportive et de Loisir.

C’est pourquoi, alors qu’à sa création, il n’y avait pratiquement pas d’installations sportives, chacun ayant apporté sa pierre, l’OMS peut être fier du patrimoine sportif de notre Ville qui, dans sa globalité, a répondu à l’essentiel des besoins exprimés.

Ces réalisations que nous avons voulues, sur lesquelles l’OMS a travaillé des centaines d’heures, n’ont été possibles, que grâce à la compréhension, à la volonté de ses Maires (Henri Terré, Robert Galley) et aux Conseils Municipaux qui en ont voté les crédits importants nécessaires (jusqu’à 30 % du budget d’investissement de la Ville).

Mais aussi avec le relais des journaux locaux, qui nous consacraient plusieurs fois par semaine jusqu’à des pages entières, et à la revue municipale " Troyes 120.000 ", qui, par exemple en avril 1974, lui réservait pas moins de 20 pages !  

Quelques dates :

1966 : - Je crée l'Office Municipal des Sports,  première commission extra-municipale.

1967 : - Journées de la Jeunesse et des sports, 17-20 mai.

 1971  : - 1ère Expo Jeunesse

1972  : - Gestion de la patinoire

       - Création d'une Commission Jeunesse,  embryon d'un Conseil de Jeunes

1973  : - 2° Expo Jeunesse avec le Grand Magic Circus

                   - Débats pour le droit de vote à 18 ans

1974  : - XVI° congrès FNOMS

1975  : - Organisation des Championnats de France

d'hiver de natation

1976  : - 3° Expo Jeunesse

1977  : - Création de la Maison des Sociétés Sportives

1978  : - Gestion des 3 Centres Médico-Sportifs

             - Construction du second terrain tous-temps de France (1er de la Région)

1979  : - Nager au troisième âge

             - Baby-club

             - Fête des Sports

1979-1986 : - Classes à horaire aménagé, une première

en France

1980  : - 4° Expo Jeunesse

             - OMS contre l'insuffisance du Budget national

Jeunesse et sports

             - Conférence-débat sur la drogue (pour les  jeunes)

             - Tournoi international de Troyes

1980/1981 : - 1er bulletin d'information de l'OMS 

1981  : - Conférence-débat sur la drogue (pour les  parents)

             - Troyes élue la Ville la plus sportive de France

1982 :  - Championnats de France de natation des  handicapés et non voyants

             - Journées nationales des Centres Médico-  Sportifs

             - Soirée-débat : Le sport après 40 ans  

 

 

L’OMS a bien rempli son rôle, et œuvré dans une action commune positive, réaliste, efficace.

La tâche était immense, mais passionnante, et j’ai pu compter sur la compétence et le dévouement de tous les membres de l’OMSJT, au service du sport, indispensable à l’épanouissement de tout être humain.

J’adresse à tous ceux qui, de près ou de loin, encadrent les Clubs, tous les bénévoles, sans lesquels la richesse et l’intensité de la vie associative ne pourrait se poursuivre et s’amplifier, à tous mes collèges des conseils municipaux (1959-1994) et de l’OMS (1966-1984) un grand merci.

Nos trois  derniers maires peuvent être fier, c’est une chance considérable pour eux d'avoir possédé un tel O.M.S., leur permettant d’aller vers plus de démocratie, plus de liberté et plus de bonheur pour les hommes.

Malheureusement, l'interdiction pour un Maire-adjoint aux Sports de ne plus être en même temps le Président de l'OMS, change la donne, et ne peut qu'être fatal pour l'OMS, permettant de petites rivalités, avec du mauvais esprit, non dignes dans ce domaine. Si le Maire-Adjoint aux Sports pouvait redevenir en même temps le Président de l'OMS, un véritable et excellent état d'esprit sportif serait retrouvé, pour le plus grand bien de tous ! Les réunions bisannuelles de la Commission des Sages sont d'ailleurs là pour apaiser les tensions. 

 

 

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.