Les Crimes


Pierre Chanal et les disparus de Mourmelon


Quel aubois a oublié ce nom ???

Olivier Donner était soldat au Quatrième Régiment de Dragons, à Mourmelon. Il revenait chaque week-end dans sa famille, à Troyes. Le 30 septembre 1982 selon son habitude, il s’était posté sur le talus de la Nationale 77 et avait levé le pouce. On ne l’a jamais revu…Ses parents, inquiets, préviennent la gendarmerie de sa disparition. L’armée, elle, le signale comme déserteur. Le 31 octobre, un chasseur découvre des restes humains décomposés, dans un trou d’eau près de la RN 77. Les débris transportés à l’Institut médico-légal correspondent à ceux d’Olivier. Accident ? Suicide ? Crime ?

Patrick Dubois, du 4° Régiment de Dragons de Mourmelon, disparaît après avoir fait du stop, le 4 janvier 1980. Le 20 février 1981, Serge Havet 20 ans, est déposé par trois copains sur le bord de la RN 77. Il est soldat à Mailly-le-Camp. Il fait du stop pour rejoindre sa famille, à Tinqueux. Depuis 2 ans personne ne l’a revu.

Pascal Sergent a été incorporé à Mailly-le-Camp. Or, l’on est sans nouvelles de lui depuis le 20 août 1981. Lui aussi avait l’habitude de faire du stop sur la Nationale 77.

Manuel Carvalho, disparu depuis le 7 août 1981, du même Régiment, après avoir fait du stop.

Guy Noyer a disparu en mars 1982, sur cette Nationale 77.

Patrice Denis, attend en stop à Châlons-sur-Marne, pour rejoindre son Régiment à Mourmelon, le 23 août 1985, on ne le revoit jamais. Le 30 avril 1987, Patrick Gache part en permission, et fait du stop à la sortie de Mourmelon. Il n’est jamais arrivé dans sa famille.

Le 9 Août 1988, le maréchal des logis-chef Jeunet s’engage avec un autre gendarme sur un petit chemin près de Macon. Ils aperçoivent un combi Volkswagen. Ils interpellent l’individu qui s’empresse de leur dire qu’il adjudant-chef au centre sportif d’équitation militaire de Fontainebleau. Les gendarmes lui demandent de leur présenter ses papiers.

Le chef Jeunet découvre que l’homme s’appelle Pierre Chanal, et qu’il a été affecté au 4e régiment de dragons de Mourmelon. Pour lui, le nom de Mourmelon agit comme un déclic. Il demande à Chanal d’ouvrir la portière arrière du camping-car et découvre sur une couchette un jeune homme attaché. Libéré, il explique aux gendarmes qu’il s’appelle Baläzs Falvay, touriste hongrois pris en stop par Chanal. Il raconte que Chanal a prétexté s’être égaré pour s’arrêter dans un coin tranquille et qu’il s’est jeté sur lui en lui serrant violemment une sangle autour du cou. Il l’a ensuite ligoté et a passé la nuit à lui faire subir des sévices sexuels. La SR de Reims envoie immédiatement un gendarme à Macon afin d’interroger le suspect. 

 Dès la première audition de Pierre Chanal, il est persuadé qu’il tient un suspect dans l’affaire de Mourmelon, il correspond en tous points au profil psychologique dressé grâce aux éléments de son enquête. Lors de ses permissions et de ses congés il loge dans son camping-car. La pièce où il vit à Fontainebleau et la camionnette sont fouillées méticuleusement. Dans sa chambre les enquêteurs saisissent une quarantaine de slips de différentes tailles et une cassette audio sur laquelle on entend la voix de Chanal simulant une scène d’agression sexuelle sur un jeune militaire. La fouille du combi permet la découverte de 27 cheveux, d’une pelle de l’armée américaine souillée de terre et encore d’une multitude de slips.

Ce n’est qu’en mars 1989 que l’on connaît les premiers résultats des analyses. Six cheveux n’appartiennent pas à Chanal et sont différents les uns les autres. L’étude des poils pubiens permet de conclure en la présence de quatre individus. Les traces de liquide séminal trouvées sur les draps du combi montre qu’une partie du sperme appartient à un homme du groupe A (groupe de Chanal) et une autre à un homme du groupe O. Enfin la terre maculant la pelle correspond à celle prélevée à l’endroit où le corps de Trevor O’Keeffe a été retrouvé.

 

Le 22 octobre Pierre Chanal comparait devant la cour d’assises de Saône et Loire pour viol, séquestration et attentat à la pudeur. Il est condamné à 10 ans de prison ferme. Fin 1990, les gendarmes d’Amiens entendent de nouveau Chanal à propos de l’affaire O’ Keeffe. Leur but est d’obtenir son emploi du temps du mois août 1987 alors qu’il était en permission. Le suspect donne trois versions différentes. Décembre 1992, un coup de fil anonyme met les gendarmes sur la piste de Kimberley, une ancienne hôtesse du bar " La renaissance " à Mourmelon. Interrogée elle déclare qu’elle a connu Chanal dans les années 80 et qu’il lui avait fait des sous-entendus au sujet des disparus de Mourmelon. Elle affirme également qu’il fréquentait le bar entre 12 heures et 14 heures tout comme Patrick Gache. Ce n’est qu’en Février 1993 que les experts identifient un cheveu de Patrick Gache et de Trevor O’ Keeffe.

Pour la première fois depuis huit ans, la juge d’instruction adresse une commission rogatoire qui n’est plus suivie contre X mais contre Pierre Chanal mis en examen pour séquestrations et assassinats. Fin 1994 l’avocat de Chanal trouve un expert affirmant que les expertises sur la terre accrochée à la pelle ne sont pas fiables, et il demande la mise en liberté de son client qui a tenté de mettre fin à ses jours. Le 19 juin 1995, après une grève de la faim et plusieurs tentatives de suicide, Pierre Chanal est libéré pour bonne conduite. En décembre 1995, le professeur Muller de Metz qui avait analysé les 27 cheveux retrouvés dans le combi retrouve un scellé dans lequel se trouvent plus de 80 cheveux dont une bonne soixantaine possèdent un bulbe qui n’ont jamais été analysés. Les recherches sur l’ADN ouvrent de nouveaux espoirs aux familles des victimes. En 1996, une expertise de la terre accrochée à la pelle confirme bien qu’il s’agit de celle prélevée près du cadavre du jeune irlandais. En 1998, une méticuleuse enquête sur l’emploi du temps de Chanal en août 1987 permet de conclure avec certitude qu’il n’était ni à Verdun ni en Normandie les 3 et 4 août 1987, jours probables de l’enlèvement et de l’assassinat de Trevor O’ Keeffe. Ce n’est que début 1999 que la présence d’éléments pileux de Patrice Denis et de Patrick Gache est définitivement démontrée. De fortes probabilités existent pour que d’autres cheveux aient appartenu à Trevor O’ Keeffe. Ces résultats relancent le dossier. Le 2 août 2000, l’enquête est enfin close. En août 2001 Chanal est renvoyé devant les assises pour le meurtre de Patrice Denis, Patrick Gache et Trevor O’ Keeffe. Trois dossiers pour lesquels il existe des éléments à charge suffisants. Pour les cinq autres il ne reste que des présomptions. Le procès doit s’ouvrir le 14 mai 2003 à Reims. Le 15 mai, Chanal tente de mettre fin à ses jours et le procès est renvoyé en octobre. Au matin du 15 octobre, Pierre Chanal se suicide laissant les familles des victimes dans le désarroi le plus total.

 

 

 
Rechercher sur le site :

 

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.