Places, quartiers...


Les Chartreux


Saint Bruno des Chartreux
Saint Bruno des Chartreux

Le quartier des Chartreux, comme son nom l’indique, fut largement marqué par l’installation à partir de 1626, dans ce secteur, d’un monastère.

         Le monastère avait été fondé en 1326, époque où il s’était installé à l’Isle (territoire de Villiers-le-Bois). En 1332, il émigre à Notre-Dame de la Prée, sur le territoire de Rosières. Mais le site est insalubre, et dès la fin du XVI° siècle, les Chartreux songent à s’installer ailleurs. En 1621, Marie Le Mairat, veuve de Nicolas Largentier, leur offre le terrain de « Gagne Petit ». Il est prévu d’y recevoir 20 religieux.

Vers 1770, la Chartreuse de Croncels doit faire face à des difficultés financières, et se trouve aux prises aussi à des difficultés de recrutement. Elle n’est alors occupée que par 9 profès et 3 frères. La loi du 13 février 1790 supprime les instituts religieux, et les religieux sont expulsés de leurs maisons. Un an plus tard, et contrairement aux décrets, les Chartreux se trouvent à nouveau rassemblés dans leur monastère, avec une vingtaine de confrères des couvents de Châlons-sur-Saône et Chatillon-sur-Seine, plus une dizaine du couvent de Dijon. Mais l’autorité révolutionnaire les force tous à se retirer. En août 1792, les bâtiments sont vendus aux enchères. L’église des Chartreux  est vendue à un troyen qui la démolit et emploie les matériaux pour reconstruire une maison dans la rue du Palais de Justice.

Jamais, après la Révolution, la Chartreuse ne devait revivre, mais elle laissa son nom à tout un quartier de Troyes.  

Avant la Révolution, toute cette région dépendait de la paroisse de Saint-André (donc de la future commune). C’est par un accident historique que cette partie de territoire appartint à la ville de Troyes.

Comme nous le démontrent les actes du passé, cette région de l’ancienne banlieue troyenne fut toujours liée aux Trévois et à Croncels. L’histoire de ces 3 secteurs troyens fut toujours conjointe et peut être difficilement dissociée.

Il est assez difficile de se faire une idée exacte de ce que pouvait être avant 1626, ce vaste triangle formé par les routes d’Auxerre et de Dijon et l’avenue actuelle des Lombards. Une attentive étude des chemins peut nous aider à nous faire une idée.

Avant l’installation des moines, on distingue 2 grandes appellations de lieux dits : les Hauts-Clos, qui comprennent la partie située à proximité du « Petit Pavé » (actuelle route d’Auxerre) et les « Dines-chiens » situés à l’extrémité, à la hauteur de Saint-Julien.

La partie de territoire où s’installent en 1626 les moines, est connue sous différents noms : l’Echerelle, Largentière et Gagne Petit.

Les religieux vont occuper 60 arpents de terre entre la route de Bar-sur-Seine et le chemin des Lombards. L’actuelle rue Marcellin Berthelot traverse en son milieu cette ancienne propriété.

Le plan des quartiers des Trévois et des Hauts-Clos de 1770, est un des plus précieux documents pour redécouvrir ce quartier du passé.

Au XVII° siècle, tout ce secteur est recouvert de prés et de vignes.

En 1626, les Chartreux construisent leur monastère (à peu près dans le prolongement de la rue Edouard Vaillant) et y établissent une allée. Chaque côté du cloître est composé de 24 arcades.

L’église est petite. En 1757, les moines l’augmentent « pour avoir 4 chapelles, pour la commodité des messes basses ».

Les habitations des religieux sont détachées et éloignées à distance les unes des autres.

On conserve dans l’église, 1 bras de sainte Syre. La chapelle de l’Echerelle, qui alors menace ruine, est reconstruite rue Alarge.

Aujourd’hui, s’il ne reste rien sur le sol de l’ancienne Chartreuse de Troyes, du moins la configuration de nombreuses rues nous indique-t-elle son ancienne présence.

 


Hôpital des hauts-clos
Hôpital des hauts-clos

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

Rechercher sur le site :