Ne les oublions pas !



Robert GALLEY


J’aurais aimé attendre très longtemps avant de créer ce chapitre.

 

Robert Galley vient de décéder le 8 juin 2012.

 

Une amitié de plus de 40 ans nous liait !

 

J’avais été un de ses adjoints au maire pendant 23 ans, nous concertant plusieurs fois par semaine.

C’est ainsi que j’ai été le témoin des qualités de cette personnalité exceptionnelle.

Tout a été dit par la presse, la télévision, la radio… mais pas sa simplicité quotidienne.

Nous avions créé ensemble la Mission Locale et Boutique Boulot. Il m’avait alors choisi pendant 6 ans, comme vice-président délégué.

 

C’est grâce à lui, me faisant confiance, que la Fédération Nationale des Offices Municipaux des Sports n’a pas volé en éclat, et ses dirigeants lui en étaient toujours reconnaissants…

 

Nous avions une grande complicité. C’est ainsi que je vivais avec lui sa peine, lorsqu’il était trahi par ceux en qui il avait mis sa confiance.

 

Je lui soumettais mon courrier important le concernant, et de sa belle écriture calligraphiée, il le corrigeait (je conserve ces archives).

 

J’étais témoin de sa générosité, et avec quelle discrétion, lorsqu’il aidait moralement ou financièrement des personnes dans la peine !

 

J’ai vécu avec lui des moments exceptionnels et très forts, comme lorsqu’il était reçu comme un frère par le président de la République du Niger, faisant attendre 3 jours, Guy Penne l’envoyé de Mitterrand...

Je le remercie aussi pour la très belle préface faite sur mon livre " L'eau à Troyes ", en tant que Président du comité de Bassin Seine-Normandie.

  

Lorsqu’il a pris sa retraite de la mairie, nous avons continué de nous revoir, dans ses bureaux, chez lui, chez moi, à l’hôpital.

 

Jamais je n’oublierai les heures vécues avec ce grand personnage, ni tout ce qu’il m’a appris !

 

Né le 11 janvier 1921, Robert Galley fait ses 1ères études au lycée de Troyes.

Il s'engage le 1er juillet 1940 dans les Forces Françaises Libres à Londres. 

  

Il est avec le général Leclerc à la bataille d'El Amamein, entre le premier avec ses chars, lors de la libération de Paris, et participe à la campagne d'Allemagne jusqu'à la prise de Berchtesgaden.

 

Ingénieur de l'Ecole Centrale des Arts et Manufactures et de l'Ecole nationale supérieure du pétrole et des moteurs, il est chargé par le Général de Gaulle des études de la construction de l'usine de plutonium de Marcoule et de la construction de l'usine de Pierrelatte. 

 

Député, Sénateur, Maire de Troyes de 1972 à 1995, 13 ans sans discontinuer ministre : de l'Équipement et du Logement du gouvernement Georges Pompidou, délégué auprès du Premier ministre, chargé de la Recherche scientifique et des Questions atomiques et spatiales du gouvernement Maurice Couve de Murville, des Postes et Télécommunications du gouvernement Jacques Chaban Delmas, des Transports du gouvernement Pierre Mesmer I, des Armées des gouvernements Pierre Mesmer II et Pierre Mesmer III, de l'Équipement du gouvernement Jacques Chirac I, ministre de la Coopération des gouvernements Raymond Barre I, Raymond Barre II et Raymond Barre III, ministre de la Défense et de la Coopération du gouvernement Raymond Barre III.

Robert Galley avait également été président de l'association française des Volontaires du Progrès, président de l'Union nationale des Missions locales. 

 

Il fut également trésorier national du RPR, de 1984 à 1990.

 

Robert Galley était Grand Officier de la Légion d'honneur, Compagnon de la Libération, Croix de guerre 1939-1945, quatre citations, Médaille coloniale.

Son nom a été donné à la place où siège la communauté du Grand Troyes.

 

Robert Galley était marié à Jeanne Leclerc de Hauteclocque, fille du maréchal, et avait 2 garçons, Philippe et Alexis.

 

Robert, merci et au revoir.

 

Qui connaît cette œuvre majeure de Robert Galley pour sa Ville ? En mai 1976, ministre de l'Équipement, il élabore et prend une part personnelle dans le schéma autoroutier national, rectifiant au crayon le tracé des futures autoroutes ! Étaient ainsi jetées les bases de l'A5.

Vice-président délégué de la Mission locale, j'ai organisé en 1985, avec Robert Galley président et l'association des Volontaires du Progrès, un stage de réinsertion sociale et professionnelle de douze jeunes au Niger. Nous sommes allés les voir avec le maire. J'ai été impressionné par la popularité de ce dernier, ancien ministre de la Coopération. Au même moment, le président François Mitterrand venait d'envoyer Guy Penne, son conseiller personnel pour les affaires africaines, à Niamey afin de rencontrer le président du Niger, Seyni Kountché. Ce dernier nous invite, embrasse le maire de Troyes, l'appelle "Mon frère", convoque la presse, la télévision et laisse poireauter Guy Penne pendant trois jours avant de le recevoir !

 

 

 

   


Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.