Places, Quartiers...


Place du Marché au pain


 

Pourquoi avoir fait disparaître ces noms qui étaient la mémoire de notre ville ?

Il en reste heureusement quelques uns.

 

Nous allons parler de la place du Marché au pain.

 

Au Moyen Age, cette place est la place des Changes.

 

En effet, les foires de Troyes et de Champagne amènent dans nos murs, plusieurs fois l’an, de nombreux étrangers.

Ces marchands appartiennent à des pays très divers, et se servent de monnaies différentes, dont l’arbitrage constitue une science difficile, et leurs règlements ne peuvent s’entendre, que grâce à ces habiles intermédiaires, les changeurs.

Une de nos rues, qui longe l’église saint Pantaléon, nous le rappelle.

 

En effet on n’admet dans les transactions de la foire, que la monnaie des comtes, ou la monnaie publique, c’est-à-dire celle du Roi.

D’où la nécessité d’ouvrir des bureaux de change, tenus habituellement par les Juifs et les Lombards, dont beaucoup sont installés à Troyes depuis des générations. Ainsi, tout près, rue de la Montée-des-Changes, l’Hôtel des Angoiselles est construit pour une famille de banquiers lombards.

 

La place est alors occupée par les ouvroirs, bancs, tables des changeurs, recouvertes d’un tapis et munies de balances.

 

Les droits que paient ces changeurs sont l’un des revenus les plus considérables de nos comtes, qui en abandonnent certaines parties dans leurs libéralités.

 

Après la décadence des foires, le marché au pain y est transféré.

 

En 1677, les statuts des boulangers, sédentaires ou non, les obligent à étaler sur la place des Changes, et les boulangers y débitent en ce lieu, le pain au détail.

 

En 1680, une partie des jardiniers est aussi admise sur le Marché-des-Changes, qui devient alors place du Marché aux herbes.

 

Le côté sud était occupé par la rue de la Poissonnerie, le marché aux poissons d’eau douce s’y tenant depuis le Moyen Age.

 

Le 14 mai 1875, la municipalité programme l’agrandissement de la place qui est alors comprise entre la rue du marché au Pain et une rangée de maisons la séparant de la rue des Changes.

 

Le 13 juin 1913, le conseil municipal décide de continuer l’extension de la place par la suppression d’immeubles entre la rue de la Poissonnerie, la rue Urbain IV, et la rue Mignard.

 

Les démolitions n’ont lieu qu’en 1923.

 

Il faut attendre 1943, pour que la place ait sa configuration actuelle.

 

Depuis 1976, elle devient piétonne et est inaugurée le 5 novembre 1977, aménagée avec des candélabres, des bancs de pierre, des vasques de fleurs et la margelle d’un puits surmontée d’une ferronnerie du XVIII° siècle, provenant de la Place-de-l’Etape-au-Vin voisine, notre place Audiffred.

 

Aujourd’hui, c’est un lieu très agréable, bordé de petits restaurants, saladeries… où de nombreux touristes et troyens se retrouvent pour y prendre leur repas lorsqu’il fait beau.

 

 

 


Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

Rechercher sur le site :