Places, Quartiers...


Le Cimetière


Comment raviver en notre esprit une certaine, forme du passé ? 

Comment rendre un hommage aux grands contemporains des siècles passés, mais aussi de notre époque ?

 

Comment mieux connaître ceux qui, avant nous, ont bâti notre temps, notre civilisation, ces hommes et ces femmes qui ont marqué leur époque par des actions symboliques, héroïques ou criminelles ?

Comment apprendre à nos enfants à ne pas oublier ces hommes qui ont fait notre histoire ?

En allant nous recueillir sur les tombes de ces disparus, et leur rendre hommage.

 

Les fouilles archéologiques entreprises avant les travaux du parking place de la Libération ont mis à jour des vestiges du 10° s. avant Jésus-Christ  au 3° s. après, dont environ 2.000 sépultures du X° au XVIII° siècle.

En effet, notre place de la Préfecture occupe l’emplacement :de l’ancienne abbaye de Notre-Dame-aux-Nonnains, de l’église paroissiale Saint-Jacques, et du cimetière qui l’avoisinait.

 

Notre cimetière municipal de " la Haute Charme " a été créé en 1869 et contient plus de 15.000 sépultures.

 

         Ont alors été supprimés tous nos autres cimetières : Saint-Jean, Saint-Martin, Saint-Jacques, Saint-Pantaléon, des Carmélites et des Dames du Sacré-Cœur, de Clamart ou de Sainte-Madeleine, Diderot, des Pendus, mail Saint-Nicolas (les pendus l’étant sur la place proche du Marché au Blé), et le cimetière aux Juifs, à l’entrée de la rue de Preize.

 

Il n’y avait alors plus aucun emplacement pour enterrer les protestants et les Israélites. En 1864, les juifs de Troyes écrivent au Maire, à l’occasion du décès d’un enfant, qu’ils ont été obligés d’enterrer à Fontainebleau, alors qu’il sont une quinzaine de familles vivant dans notre ville. Ils réclament une parcelle, à leurs frais, afin de pouvoir enterrer leurs morts, selon leurs coutumes.

En 1876, la mairie attribue à chacune des deux confessions, une division sous le vocable " non catholiques ".

Mais, ces emplacements étant concédés " à titre temporaire ", ne peuvent convenir aux Juifs pratiquants, pour lesquels, seules des concessions perpétuelles peuvent être admises. Les familles endeuillées continuent alors à rechercher, soit dans leur ville d’origine, soit dans les cimetières juifs de la région, des emplacements pour l’inhumation de leurs proches.

Il faut attendre 1903, pour qu’il y ait une allée réservée aux concessions juives.

 

Parmi le célébrités enterrées au cimetière de Troyes, il y a : les maires Prosper-Désiré Argence (sa sépulture est juste au début de l’allée centrale : " Comme Argence occupa la première place dans la ville, il occupe la première place dans la nécropole "), René Plard (1B3), Henri Terré (lui aussi a sa sépulture au rond-point du monument aux morts), nos historiens Amédée Aufauvre, Albert Babeau, l’Abbé Coffinet, numismate et archéologue, Suzanne Bernard, la plus jeune aviatrice française, Jacques Paillot de Montabert peintre et archéologue, Charles Dutreix député, Gaston Arboin (4B2), le scientifique Ambroise Cottet (1A2), les constructeurs de métiers à bonneterie Emmanuel Buxtorf, Lebocey, l’Abbé Yves Honnet (4A2).

A partir de 2001, la municipalité entreprend la reprise de 800 sépultures à l'abandon, à raison de 200 par an. Les 1.500 déjà déchues seront réintégrées à partir de 2005, à raison de 200 par an.

Heureusement, car il y a environ 300 inhumations chaque année. 

 

Au Mexique, on ne vit pas vieux, mais on a de l’humour. Nous ne trouvons pas ces épitaphes à Troyes ! (Maintenant il est avec le seigneur, seigneur fais attention à ton portefeuille. Souvenir de tes enfants, sauf Ricardo qui n’a rien donné. Ici repose mon épouse bien aimée, seigneur reçois la avec la même joie que je te l’envoie. Bon époux, bon père, mauvais électricien et casanier).  

 

Personnellement, ma dernière demeure m’attend !

 

Seule la mort rend égaux entre eux, tous les hommes, quels que soient les sentiments d’indifférence ou de désespoir, la douleur, la joie ou l’oubli.

 

 

 

 

 

 

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.


Rechercher sur le site :