Les histoires d'eau



Les poètes et l'eau à Troyes



L'eau a inspiré les poètes troyens :

 

 

« Assis sur les bords de la Seine

 

Qui répand en bras et méandres

 

Sitôt qu’elle devient troyenne

 

Et vous offrait son eau vert tendre

 

Quand vous la barriez de vos cannes,

 

Vieux moulins qui tournaient sans trêve,

 

N’ayant jamais connu les pannes

 

Ni les arrêts des jours de grève !

 

C’était alors la gaie chanson

 

De l’eau poussant comme en se jouant

 

Les aubes de vos roues. Glaçons

 

De l’hiver où crues du printemps

 

N’arrêtaient leur ronde obstinée.

 

Puis furent montées vos turbines

 

D’où la Seine sortait torturée,

 

Et l’on vous baptisa : usines.

 

Mais nous savons qu’au temps passé

 

Vous fûtes moulins à papier,

 

Plus joli nom en vérité

 

Que nous ne voulons oublier !

 

Las ! A la rivière, infidèles

 

Dédaignant barrages et biefs,

 

Aune rivale, l’ E.D.F.

 

Vous quêtâtes force nouvelle.

 

La Pielle et le moulin le Roy

 

Abandonnant le courant d’eau

 

Pour le bouton pressé du doigt

 

S’en sont remis aux dynamos.

 

Mais Pétal qui ne le voulut,

 

A la retraite se décida,

 

Et sans travail et sans but

 

En logements se transforma.

 

Son proche voisin la Moline

 

Arrêta aussi sa turbine,

 

Adieu meunier ! Adieu meunière !

 

L’occupant onze locataires,

 

Pourtant la Rave et Notre-Dame

 

Montrent constance en leur destin

 

Le flot qui passe reste l’âme

 

De leurs meules broyant le grain ».

 

(Henri Lorne)

 

Rechercher sur le site :


Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.