Epidémies


« Ainsi parle le Seigneur, le Dieu de David ton père : parce que tu as incité à la prostitution Juda et les habitants de Jérusalem…

Voici que le Seigneur va te frapper d’une grande peste, toi, ton peuple, tes enfants, tes femmes et tous tes biens » (II Chroniques, XXI, 12-14).

 

« L’esprit de l’homme est quelque chose qui peut pourrir aussi bien que son foie ou ses reins. Il doit y avoir de grandes épidémies morales, comme il y a des épidémies de peste ou de choléra ». André Chamson : L’homme qui marchait devant moi.

 

Troyes et l’Aube ont payé un lourd tribut à ces implacables maladies de la peste, du choléra et de la lèpre, qui causèrent épouvante et désolation dans de nombreux foyers.

 

Nous frémissons  à la pensée de ce que nos ancêtres eurent à subir, l’esprit en déroute, la peur au ventre, subissant l’inexorable loi d’un mal venu d’ailleurs, cet Orient dont on ne connaissait alors que les ors, les fastes et les majestueuses splendeurs.

 

Dieu soit loué, nous ne connaissons plus ces heures douloureuses. Nous, c’est-à-dire les pays hautement développés. Aux obscures connaissances du passé, la science et une meilleure hygiène sont venues à notre secours.

Hélas ! en de nombreuses contrées du globe, le mal subsiste à l’état endémique ou épidémique.

 

Puisse un jour disparaître du monde entier ces redoutables fléaux.