Dates importantes de Troyes depuis ses origines


En 493, Clovis, roi des Francs, vient à Troyes, pour sa première rencontre avec Clotilde, fille de Chilpéric, roi des Burgondes, pour conclure son mariage. Ce fait décide du sort religieux de la Gaule, car Clotilde était chrétienne.

En 789, Charlemagne fait venir en France " le docte Alcuin " et le met à la tête de l’abbaye de Saint-Loup. Il introduit pour la première fois en France, le chant Grégorien, par la création d‘une première école, qui devient le modèle pour les autres.

En 845, saint Prudence est nommé, par Charles le Chauve évêque de Troyes. Il est le chapelain du prince, et a passé plusieurs années à la cour. Le roi lui demande de tenir les Annales du Royaume et le charge en 853, de visiter en son nom, tous les monastères de France.  

Le 10 janvier 859, entrée solennelle de Charles le Chauve, roi de France venant passer quelques temps à Troyes.

Le 7 septembre 878, le pape Jean VIII, au concile à Troyes, couronne empereur Louis le Bègue, en notre église Saint Jean.   Lors de son avènement en 923, Raoul, roi de France, fait de notre évêque Anségise, le grand aumônier de France et son chancelier, car disent les textes de l’époque, ce prélat "avait beaucoup de crédit auprès du prince". Il met en déroute en 925, les Normands, qui perdent plus de 800 hommes.

A partir du XII° siècle, Troyes est l’une des trois cours souveraines de France, avec Paris et Rouen.

 A l’occasion de l’excommunication de notre roi Philippe 1er et de sa maîtresse Bertrade de Montfort, puis de son absolution, le pape Pascal II convoque un concile à Troyes le  2 avril 1104.

A cette occasion, le mariage du comte Hugues avec Constance, fille de Philippe 1er, est également dissout, pour cause de parenté.

 

Le 13 janvier 1127, au concile de Troyes, Saint Bernard rédige la règle des Templiers. C'est ainsi que naît l'ordre du Temple.

          En 1135, le monastère de Clairvaux doit sa reconstruction à notre comte Thibaud II. Il attire toute l’Europe aux Foires de Troyes.

 1137 : Thibaut II, comte de Champagne, qui fait fonction de maire de Troyes, a des démêlés avec le roi Louis le Gros, qu’il ose provoquer en combat singulier.

1149 et 1152 : le roi Louis VII envoie, comme ambassadeur en Hongrie, auprès de l’empereur Frédéric 1er Barberousse empereur romain germanique, l’évêque de Troyes Henri de Carinthie.

1150 : c’est à Pierre Comestor, célèbre prêtre troyen, que nous devons le nom des trois rois mages qui vinrent adorer Jésus: Gaspard, Balthazar et Melchior.

 

En 1154, le célèbre géographe arabe Idrïsï, alife en Afrique, au service du roi Roger II de Sicile, donne une représentation circulaire de la Terre, qui sert de base à toutes les cartesdes siècles suivants, et écrit dans ses récits de voyages : "la ville de Troyes est considérée, dans toute l’Europe et même en Asie, comme une des plus importantes de France. Elle doit sa réputation à ses comtes, à son commerce et à ses foires. Elle est solidement bâtie, dans une position pittoresque et réunissant toute espèce de ressources et d’agréments qu’on s’y procure à bon compte, au moyen de ses vignobles et de ses jardins. Troyes a une grande étendue tandis que Paris n’a qu’une médiocre grandeur, et Dijon n’est qu’une ville peu considérable ". 

             Adèle, sœur du comte Henri 1er le Libéral, épouse le roi de France Louis VII et donne naissance à celui qui sera Philippe Auguste.

          Henri 1er accompagne le roi Louis VII (mari d’Aliénor d’Aquitaine) à la croisade et se marie en 1164 avec sa fille aînée.

1171: le roi Louis VII choisit comme commissaire, Matthieu, LVII° évêque de Troyes.

          En 1190, notre maire Henri II emmène la fleur de la noblesse champenoise en Terre Sainte.

          Un des frères d’Henri 1er, Guillaume-aux-Blanches-Mains est conseiller du roi et deviendra archevêque de Reims.

1253 : Thibault V, XIII° Comte de Champagne, épouse à Troyes, Isabelle, fille aînée de saint Louis.

En 1261: Jacques Pantaléon de Troyes, est élu pape sous le nom d'Urbain IV. 

Le 15 août 1284, Jeanne de Navarre, dernière comtesse de Champagne, se marie avec Philippe, qui devient roi le 6 octobre 1285.

Le 3 août 1315, le roi de France, Louis X le Hutin, vient à Troyes, pour épouser en deuxièmes noces, Clémence, fille de Charles Martel, roi de Hongrie, et nièce de Robert, roi de Sicile.

 En 1412 pour Charles VI, Troyes est la place la plus forte de France.  

Le 6 janvier 1418, le roi donne plein pouvoir de faire battre de la monnaie d’or et d’argent dans la ville. Le Parlement de Paris est une nouvelle fois transféré à Troyes. La reine "veut et ordonne que les Chambres des Comptes, du Trésor, des généraux ou commissaires sur le fait des finances et des monnaies, ainsi que tous les conseillers composant ces cours spéciales soient dorénavant tenues à Troyes".

Le roi meurt le

1er septembre 1422

. Catherine, est veuve à 22 ans, sans enfants. Elle aura 3 fils de son second mariage avec Owen Tudor, gentilhomme du pays de Galles, dont Edmond qui fut le père de Henri VII et Henri VIII, rois d’Angleterre. Ce dernier eut pour fils Édouard VI, père des reines Marie et Élisabeth d’Angleterre. Le roi Henri V d'Angleterre, gendre de Charles VI, meurt le 1er septembre (ou plutôt le 31 août ?) 1422. Catherine de France est veuve à 22 ans, mère du petit Henri VI qui est proclamé roi de France et d'Angleterre. Elle aura trois enfants de son second mariage avec Owen Tudor, gentilhomme du pays de Galles, dont l'aîné Edmond fut le père d'Henri VII Tudor, lui-même père d'Henri VIII (d'où les roi et reine Edouard VI, Marie et Elisabeth Ière), de Marguerite (femme de Jacques IV d'Ecosse, dont descendent les rois Stuarts), et de Mary (grand-mère de la reine Jane Grey).

 

 

Le 21 octobre 1422, Charles VI meurt à son tour. Deux souverains prétendent au trône de France : le fils de Charles VI, Charles VII, qui sera sacré à Reims en 1429 après la chevauchée conduite par jeanne d'Arc, et Henry VI qui sera sacré à Paris en 1431.

Le 13 mai 1423, est célébré à Troyes le mariage d’Anne de Bourgogne, sœur du duc, avec le duc de Bedfort, régent du royaume pour Henri VI roi d‘Angleterre. 

Charles VII récompense de ses bons services l’évêque de Troyes, pour la reddition de la ville en lui accordant, en  1430, des lettres de noblesse pour lui et toute sa famille à perpétuité. 

  Le roi choisit en juillet 1431 notre évêque, pour être son ambassadeur au concile de Bâle.

          Notre évêque Henri Lesguisé fait supprimer par Charles VII, en 1446 les cérémonies extravagantes de la fête des fous et de celle de l’âne.

         Pendant sa royauté, Louis XI, prend souvent conseil de ses bons amis les Troyens. Il écoute tout le monde, puis décide lui seul.

 

       En 1466, Louis XI fait de notre evêque Louis Raguier  qu'il tient en haute considération, son ambassadeur à Liège.

En mai 1480 , Louis XI nous demande de lui envoyer à Paris nos experts en monnaies, pour mettre les monnaies étrangères hors circulation et empêcher les monnaies de France de sortir du royaume.   

En septembre 1516, François 1er demande à nos spécialistes en monnaies de se rendre près de lui à Paris, pour avoir leurs avis et conseils.

En novembre 1519, notre évêque décède. François 1er prie le pape Léon X de nommer comme successeur Guillaume Parvi. Ce docteur en théologie a été conseiller et confesseur de Louis XII, de qui il était très estimé. Il assista à la mort de la reine Anne de Bretagne, et fit jusqu’à trois fois son oraison funèbre, à Blois où elle était morte, à Notre-dame de Paris et à Saint-Denis où elle fut inhumée, et il fit aussi celle de Louis XII. François 1er fait de cet homme savant et vertueux, son conseiller et son confesseur. Le nouvel évêque aimant les savants, engage François 1er à faire venir Erasme à sa cour. 

En avril 1528, notre évêque Odard Hennequin est l’ aumônier de François 1er depuis déjà 13 ans.

En raison de notre expérience le roi envoie à Troyes en 1555, le président de la cour des monnaies, pour y apprendre le commerce des métaux fins.   

         C’est grâce aux démarches auprès du roi Charles IX, des maîtres papetiers troyens, qu’en 1565 est aboli en France l'impôt sur le papier.

        En 1587, Henri III fait de René Benoît (futur évêque de Troyes), sujet fidèle et zélé, son premier lecteur et professeur royal en théologie. Le troyen Claude Denis, ingénieur fontainier ordinaire du roi, ingénieur hydrographe a une très grande renommée et Louis XIII l’estime particulièrement.

        Sous Louis XIV, en 1643 il est nommé  premier fontainier de la Cour, et chargé de diriger les eaux de versailles et de Saint-Cloud, magnifique travail qui fait encore l'admiration de la France et de l'Etranger.

 

        Prédicateur et confesseur de Marie Stuart, épouse de François II, grand aumônier, prédicateur, confesseur et intime conseiller de Henri IV, nommé par le roi évêque de Troyes en 1593, Benoît soutient constamment les droits du roi de Navarre au trône, et c’est lui qui, par ses conversations et ses soins contribue à la conversion du monarque, qui abjure le protestantisme le 25 juillet

       En 1658 notre célèbre peintre Pierre Mignard fait le fameux portrait de Louis XIV jeune pour l'infante d'Espagne Marie-Thérèse. Toute la cour de Madrid en est frappée. A la vue des traits augustes qu'il représente, Marie-Thérèse forme les voeux les plus ardents pour la paix et pour son hyménée qui doit en être le sceau. C'est une fois de plus à un troyen que l'on doit cet événement à jamais mémorable. 

Le 11 octobre 1678 meurt notre évêque François Malier. A cette occasion, Louis XIV dit "que c’était l’exemple et le modèle des évêques tant pour la résidence que pour les autres vertus ". Louis XIV envoie en 1700 notre évêque pour " aller haranguer la reine d’Angleterre " à qui le roi avait donné un asile à Saint-Germain-en-Laye.

         Le roi nomme en  1715 , l’évêque de Troyes, François Bouthillier conseiller de la régence, et il le reçoit toujours avec distinction à la Cour. 

       En 1747 , Louis XV demande à notre évêque de prononcer l’oraison funèbre de la reine de Pologne, épouse du roi Stanislas I, à Notre-Dame de Paris.  

        Notre évêque Matthias Poncet de la Rivière est une nouvelle fois choisi par le roi en 1752, pour faire, à Saint-Denis, l’oraison funèbre de Madame Anne-Henriette de France, en présence de Monsieur le Dauphin et de toute la cour.

        En 1758, le roi nomme notre évêque, grand maître de la chapelle du roi Stanislas de Pologne, puis doyen de Saint Marcel à Paris, et le décore commandeur ecclésiastique des ordres royaux de Notre-Dame du Mont-Carmel et de Saint Lazare de Jérusalem.

        En 1766, Louis XV choisit encore notre évêque pour faire l’oraison funèbre de Madame Élisabeth de France, infante d’Espagne, duchesse de Parme, à Notre-Dame de Paris, et en 1774, c’est encore lui qui est demandé pour prononcer l’oraison funèbre de Louis XV, dans la chapelle de l‘école royale militaire.

        En 1789, 1er assassinat de la Révolution : notre maire Claude Huez.

        En 1995, lors des fouilles de la Porte de Chaillouet a été découverte une amphore remplie de 186.200 pièces de monnaies (102 kgs de pièces de cuivre de type antoniniani de 11 à 19 mm de diamètre et de 0,3 à 2 mm d’épaisseur, à l’état de conservation excellent et degré d’usure limité).  C’est le plus important dépôt monétaire de l’empire romain d’occident mis à jour dans le monde !

        Cela prouve bien l'importance, le rayonnement, la proximité, le savoir faire des ateliers tricasses ayant produit ces monnaies, dès l'époque gauloise.

      

 

 

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.