Autres célébrités


Pierre-Louis Sissous de Valmire


Le Conseil Municipal du 2 mai 1994, donne le nom de Pierre-Louis Sissous à la voie contiguë, derrière l’église Saint-Martin, donnant rue Saint-Loup.

 

Pierre-Louis Sissous naît à Troyes, le 25 août 1741.

 

Il est avocat du roi au présidial de Troyes en 1770.

 

A cette époque il fait paraître, sous un pseudonyme : "Dieu et l'homme", livre philosophique contre lequel le clergé de Troyes proteste et obtient une lettre de cachet contre Sissous, qui doit s'expatrier.

 

Il embrasse avec ardeur la cause de la Révolution, et devient juge au district de sa ville natale.

 

Cet avocat, législateur, commissaire du gouvernement, procureur de la République, homme d’esprit, bon mathématicien, amateur de littérature et de sciences, est jacobin et député de l’Aube en 1791, élu le 7 septembre à l'Assemblée législative, le 6ième sur 9, par 252 voix sur 341 votants.

Il y siége obscurément, et publie sous le nom de Sossius plusieurs opinions qu'il y a soutenues.

 

Après la session, il devient commissaire du district de Nogent-sur-Seine.

 

Il est maire de Troyes en l’an III (du 9 septembre au 6 octobre 1797 et du 23 mai au 12 décembre 1798), fonction qu'il conserve jusqu'à l'an VIII.

 

En l'an VI, il est en outre administrateur de l'Aube.

 

Nommé, le 14 germinal an VIII, commissaire du pouvoir exécutif prés le tribunal de Troyes, il quitte ces fonctions quelques années plus tard et n'exerce plus aucune charge publique jusqu'à sa mort.

 

Il s'adonne aux sciences et il publie : Plan d'un bateau avec lequel on peut aller au fond de la mer, en revenir à son gré et même naviguer entre deux eaux.

Ce Troyen, à l’imagination féconde, véritable scientifique, inventif et modeste, est considéré comme le précurseur des concepteurs de sous-marins dans le monde.

Il compose un traité précis et technique sur la construction d’un bateau-poisson, dont il étudie et dessine les principales caractéristiques dans un petit ouvrage qu’il soumet au gouvernement hollandais début 1780, puis le 17 septembre de la même année, au ministère de la Marine français.

Il n’a qu’un simple accusé de réception en date du 8 octobre.

Cette invention n’est pas destinée à des fins militaires, elle a simplement pour but d’essayer de retrouver des trésors enfouis dans les océans.

 

Son sous-marin est long d’une quinzaine de mètres, large de cinq et haut de quatre, avec des réservoirs installés dans les deux cônes qui peuvent être lestés à volonté en fonction du poids nécessaire pour l’équilibre du bateau.

Pour remonter en surface, il suffit d’utiliser deux pompes qui permettent de vider ces réservoirs.

En surface, le bateau navigue au moyen d’une voile, qui se rabat au moment de l’immersion, et sous l’eau, avec des rames terminées par des palettes.

 

Pierre-Louis Sissous décède le 28 février 1819.

 

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

Rechercher sur le site :