Autres célébrités


Nicolas Siret



 

Il n’y a guère que 50 ans, pour le tricentenaire de sa naissance, que Troyes honore un musicien, né et mort dans ses murs. Avant, son nom était oublié de ses concitoyens, mais restait connu de spécialistes français ou étrangers.  

Nicolas Siret naît à Troyes en mars 1663, au sein d’une famille vouée depuis un siècle à la profession musicale.

Dès la fin du XVI° siècle, les Siret touchent les orgues de Saint-jean, de la Cathédrale, ou dirigent la maîtrise, ou enseignent l’art de l’orgue, du clavecin et autres instruments de l’époque : violes, violons, luths, hautbois et cornets sont passés entre les mains de générations de Siret, menant une vie d’artisans de la musique plutôt que d’artistes.

Le jeune Nicolas bénéficie donc d’une hérédité musicale certaine et reçoit très tôt une formation de base, transmise de père en fils.

Vers l’âge de 25 ans, il entre en relations avec François Couperin, organiste parisien, déjà célèbre. Dans la dédicace qu’il fait à François Couperin de son premier livre de clavecin Siret le montre comme le « modèle parfait » de son inspiration (pendant plus de 20 ans).

Ainsi formé, Nicolas Siret jouit dans sa ville natale Troyes, d’une certaine considération, puisqu’il cumule les charges d’organiste de la Cathédrale, de Saint-Jean, Saint-Jacques et de la Madeleine.

Malgré une certaine aisance, Nicolas ne peut faire graver tout ce qu’il compose. Il n’a aucun mécène pour le protéger, lui fournir des exécutants pour jouer ses œuvres, de l’argent pour les faire éditer, de la tranquillité d’esprit le dégageant des soucis matériels et les obligations routinières de son métier.

Nicolas Siret fait graver à ses frais les 2 recueils qui nous sont parvenus. Le premier, vers 1710, est en exemplaire unique à la Médiathèque de Troyes. C’est un livre de clavecin contenant 2 Suites de 8 morceaux. Le second, est en exemplaire unique à la Bibliothèque Nationale, qui comprend 3 Suites pour clavecin. Daté de 1719, il est dédié à Jacques-Bénigne Bossuet, neveu du grand Bossuet, nommé cette même année évêque de Troyes. Politique, notre Siret cherche ainsi à se concilier les bonnes grâces de son nouveau patron.

Il se marie à 45 ans, en 1708, perd sa femme en 1710, se remarie à 54 ans avec une organiste de 24 ans sa cadette (Marie-Françoise Bidelet).

Il décède à 91 ans le 22 juin 1754.

En 2001, le Ministère de la Culture et la Fondation Francis et Mica Salabert, ont édité de Nicolas Siret : Pièces de clavecin dédiées à M. Couperin (1707-1711), et Second livre de pièces de clavecin (1719).

On ne peut que regretter d’avoir laissé dans l’oubli des pages « si plaisantes à entendre », et notre ville devrait s’enorgueillir d’avoir donné le jour à un musicien aussi doué.

 

Le Conseil municipal donne le nom de Nicolas Siret à la rue du complexe de cinémas Ciné City.

 

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

Rechercher sur le site :