Autres célébrités


Raoul-Gustave-Eugène Hervey


Le docteur Hervey naît à Troyes le 16 mars 1845, d’une famille dans laquelle l’exercice de la médecine est traditionnel. Son bisaïeul et son grand-père paternels s’y sont consacrés, et son père, médecin à Troyes, a laissé dans le cœur de tous ses malades, dont il était l’ami, un touchant souvenir de bonté et de modestie.

 

Héritier de tous ces dévouements, le docteur Raoul Hervey sait les continuer avec un zèle infatigable, et, " dans des circonstances bien différentes, le devoir le trouve toujours debout et vaillant pour le service de la France, comme pour le salut de ses malades ".

 

Il fait de brillantes études au lycée de Troyes, puis va à Paris, à l’école de médecine. Il est nommé en 1868 interne en médecine et en chirurgie des hôpitaux de Paris.

 

C’est la guerre de 1870, et, avec une patriotique ardeur, le jeune interne s’engage comme aide-chirurgien dans la cinquième ambulance internationale de secours aux blessés militaires.

Il fait toute la campagne de 1870-1871, et ainsi sert sur les champs de bataille de Beaumont, Mouzon, Bazeilles, Sedan, Orléans, Arthenay, Neuville, Loury…

Le sifflement des balles prussiennes n’arrêtent pas son courage pour courir au secours des blessés, et son dévouement les console jusqu’au dernier moment, quand il ne peut les sauver.

La campagne de France terminée, la commune de Paris l’appelle au chevet de nouvelles misères.

De mars à mai 1871, il met en œuvre à l’hôpital Saint-Louis, la méthode et le soin avec lequel il applique le pansement à l’ouate, en démontrant les excellents effets qui lui font obtenir les résultas les plus convaincants.

 

En 1873, il passe sa thèse de Doctorat : " Pansements à l’ouate pour la conservation des membres et des blessés ", qui est couronné en 1874, par la Société de chirurgie : prix Duval .

 

En 1873, un autre fléau, non moins redoutable que la guerre, éclate : le choléra.

A Troyes, le jeune médecin, précédé de son mérite et des éloges de ses professeurs, se fait rapidement une réputation, qui s’étend chaque année.

 

Les longs et importants services, qu’il rend, le font nommer à Troyes, médecin honoraire du Bureau de bienfaisance, chirurgien de l’Hôtel-Dieu, membre du Conseil central d’hygiène de l’Aube, médecin des épidémies, médecin assermenté de l’administration dans le département de l’Aube, médecin expert près les tribunaux de l’arrondissement de Troyes, médecin adjoint du Lycée, membre de la Société Académique de l’Aube (section des sciences)…

 

Ses confrères l’élisent vice-président de l’association médicale de l’Aube, et ses concitoyens l’appellent à faire partie du Conseil Municipal de Troyes

 

Le 7 janvier 1894, le docteur Hervey reçoit la croix de la Légion d’Honneur.

 

Le Docteur Guérin, Président de l’Académie de Médecine dit : " M. Hervey, chargé de donner des soins à plus de 200 blessés civils et militaires, a fait preuve d’un rare dévouement, par son activité et son zèle, il a sauvé un grand nombre de blessés… Les travaux qu’il a publiés sur la chirurgie d’armée, sont un titre qui mérite que le gouvernement de la République reconnaisse son mérite et son dévouement… ".

Rechercher sur le site :


Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.