Autres Célébrités




Colonel Joseph Raphanaud


 C’est un nom que les Aubois ne devraient pas oublier !

 

         J’ai bien connu Joseph Raphanaud, nous nous entendions très bien, car nous avions beaucoup de points communs : nous nous étions tous les 2 engagés dans l’Armée d’Afrique, nous étions tous les deux colonels, et surtout, nous cherchions comment nous pourrions travailler « publicitairement » ensemble, lui avec son zoo, moi avec mon usine de fabrication d’aliments pour les animaux.

 

         Il m’était difficile de résumer en 1 chapitre le détail de la vie de ce personnage atypique.

 

C’est pourquoi j’ai rencontré mon ami Emmanuel Saint-Mars (Directeur Général Adjoint Ville de Troyes et Troyes Champagne Métropole), très fier de pouvoir me parler de ce grand-père qu’il admirait beaucoup.

 

         Joseph Raphanaud nait le 8 mai 1911 à Fontvannes. Aîné d’une famille de 9 enfants, il dut très tôt subvenir aux besoins d’une famille modeste, dont le père était artisan maçon, métier qu’il exerça d’ailleurs, avant de rejoindre l’armée.

 

Il devance l’appel de son service militaire, en s’engageant au 9° régiment de Zouaves à Alger.

 

Rappelé en 1939, il participe à la Campagne de France à la frontière luxembourgeoise. Fait prisonnier près de Toul, il s’évade 3 jours après.

 

Il entre dans la résistance au BCRA (réseau Mardo-Polo) en février 1941. Arrêté par la police allemande à Moulins, il réussit à s’évader le jour même.

 

A partir de ce moment il devient un des chefs militaire du groupe « Combat » puis de « Libération Sud », ces groupes de résistance qui vont porter des coups sévères aux allemands. Il est à nouveau arrêté à Clermont-Ferrand en mai 1943, par la Gestapo, et là encore, il s’évade quelques heures après.

 

Il rejoint alors l’Espagne, mais est arrêté et interné au bagne d’El Seminario Viojo de Lerida, puis au camp de concentration d’Onthemiente.

 

Libéré, il rejoint le Maroc. Affecté au bataillon de choc de Staouen en Algérie, il participe à la création de commandos en France.

 

Après la Libération, il est nommé capitaine. Volontaire pour l’Extrême-Orient, il effectue plusieurs séjours en Indochine en unité de combat.

 

Là, je vous raconte une anecdote : en novembre 1948, le capitaine Joseph Raphanaud commande le célèbre train blindé au Sud-Annam. Sa mission était de protéger la voie ferrée reliant Ninh-Hoa à Suoi-Kiet et desservant les villes de Phan-Thiet et Nha Trang, seule voie de communication où les Viets multipliaient sabotages, embuscades et massacres. Les coups de main que Raphanaud lance en zone Viêt Minh à partir de ce monstre d’acier sont entrés dans la légende. Ces épisodes ont été immortalisés par Paul Bonnecarrère dans « Par le sang versé ».

 

Muté au commandement des commandos du centre-Vientnam, il remporte de nombreuses victoires, principalement à la tête de la 610° compagnie de commandos supplétifs.

 

Promu chef de bataillon, il rejoint l’Algérie, où il est affecté au 2° régiment étranger de tirailleurs algériens. Il termine sa carrière militaire comme adjoint au commandant du Centre saharien d’expérimentation militaire, et à 52 ans le Colonel Raphanaud quitte définitivement l’armée.

 

         Il se retire alors à La Rivière-de-Corps où il installe une collection d’oiseaux et d’animaux rares, réunis lors de ses participations aux différents théâtres d’opération extérieure. Il créée le parc d’acclimatation ornithologique de Troyes, avec plus de 800 espèces regroupées. Les écoles allaient visiter ce zoo. Je me souviens tout particulièrement d’une jolie gazelle qu’il avait apprivoisée. 

 

Il décède le 29 mars 1999 à Troyes.

 

Le colonel Joseph Raphanaud était l’un des plus décorés de l’Armée française : 30 décorations, médaille de la Résistance avec rosette, Croix de Guerre, 28 citations, Commandeur de la Légion d’Honneur.

 

C’était un homme discret sur la vie bien remplie qui a été la sienne.

 

Certains de ses hommes disaient qu’il était une véritable " bête de guerre". Il est devenu une magnifique légende.

 

Une oeuvre de Georges Fleury est parue en 1981 aux éditions Grasset : « Le guerrier. Raphanaud : un baroudeur hors-série au service de la France (1932-1962) ».

 

Rechercher sur le site :

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.