Aubois très célèbres


Louis-Augustin Prévost

British Muséum
British Muséum

Louis-Augustin Prévost
Louis-Augustin Prévost

Je suis pratiquement certain qu’aucun aubois connaît cet illustre Troyen !

 

         Louis-Augustin Prévost naît à Troyes, le 15 prairial an IV (3 juin 1796).

 

Son père est resté inconnu. Sa mère, Marie-Jeanne Prévost est âgée de 24 ans lors de sa naissance. Elle demeure aux Bas-Trévois, et est la fille de Louis-Pierre Prévost blanchisseur.

 

Il va en Angleterre comme précepteur de la famille Olstey. L’éducation achevée, il ne quitte plus l’Angleterre. Il se marie à une anglaise en 1825.

Professeur de langues à Londres, il a Charles Dickens comme élève.

 

         Quelques personnes connaissent peut-être de nom le cardinal Mezzofanti, célèbre par le grand nombre de langues qu’il est parvenu à entendre et parler.

Le nombre de ces langues est de 51 !

 

Nous pouvons être fiers que ce Mezzofanti a un émule en Angleterre, notre compatriote Louis-Augustin Prévost, mort à Londres en 1858 à l’âge de 62 ans.

 

Notre Troyen comprend plus de 40 langues !

 

Ce savant est conservateur au British-Muséum depuis 1843.

 

Le travail dont il s’occupe principalement, est le catalogue des livres chinois.

 

Mais il doit sa principale notoriété à la facilité avec laquelle il apprend les langues.

Le moyen qu’il emploie pour les étudier consiste à lire les traductions de la Bible. Il lui suffit de lire avec attention la traduction d’une partie de la Bible dans une langue qu’il ne connaît pas, et, sans autre instrument de travail, il arrive à saisir et à classer dans sa mémoire la grammaire et le glossaire de cette langue.

 

C’est ce que l’on peut lire au sixième volume des "Etymologische Forschungen" de Pott, préface, page 49. Ce volume parut à Detrmold, en 1870.

 

Tout en enseignant, il étudie les langues. Le chinois est sa langue de prédilection, puis tous les idiomes d’Europe, d’Asie, de Polynésie, le français, le latin, le grec, le celtique, le slave…

 

Il décède en mai 1858, à Londres. Tous les savants de cette capitale se font un devoir d’assister à ses obsèques, en témoignage de leur estime pour le savant modeste qu’ils n’ont jamais pu remplacer !

 

Nous avons retrouvé quelques éléments de sa généalogie aux archives municipales : Marie-Jeanne Prévost, mère de Louis-Augustin Prévost, avait un frère, Simon Prévost qui demeurait à Croncels. Il eut un fils Louis-Simon Prévost, bonnetier à Troyes.

Elle avait aussi une sœur, Marie-Françoise Prévost, qui épousa Nicolas-Jacques Henneton, débitant de tabac à Troyes.

 

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

Rechercher sur le site :