Aubois très célèbres


Famille Molé


Nicolas Molé
Nicolas Molé

Au XI° siècle, il y a à Troyes, une rue de la Savaterie. Les savetiers forment alors depuis les temps très anciens, un corps d’état distinct. Ensuite, ils se réunissent aux cordonniers, mais à la condition rigoureusement surveillée, d’infériorité dans leurs attributs, aucune chaussure entièrement neuve ne peut être livrée par eux.

En 1223, cette rue devient rue de la draperie, cette corporation l’occupant alors. La communauté des drapiers est, en effet, une des plus anciennes et des plus nombreuses.

Au Moyen-Âge, les suppôts de la ganterie sont aussi fort nombreux. Comme matière, ils emploient surtout les peaux de veau, de mouton, de cerf... La rue devient donc de la ganterie.

Les chaussetiers forment d’abord un corps distinct des tailleurs. Ceux-ci taillent les robes pour hommes et femmes, tandis que les autres ne confectionnent que l’habillement qui enveloppe la partie inférieure du corps et que l’on appelait les chausses. Elles sont alors d’une seule pièce et fort incommodes. Plus tard, elles se divisent en haut de chausse (culotte) et en bas de chausses (les bas). Au XVI° siècle, la rue devient rue de la Chaussetterie.

Son prolongement se nomme rue des Chaudronniers, car elle est presque entièrement affectée aux industriels des professions se rapportant à cette corporation. Par la suite, elle devient rue Neuve-d’Orléans.

Le conseil municipal du 2 mars 1868 donne aux rues de la Chaussetterie et Neuve-d’Orléans, le nom de rue Molé.

Le nom de Molé appartient à une célèbre famille, qui s’est particulièrement illustrée dans notre ville, par plusieurs de ses descendants.

 

Guillaume Molé, est un marchand drapier, né à Troyes au début et mort à Troyes vers la fin du XV° siècle.

Il est l’époux de Jeanne Léguisé, sœur de l’évêque de Troyes. Guillaume partage avec son beau-frère en 1429, la gloire d’avoir arraché Troyes à la domination anglaise, en décidant les habitants à ouvrir les portes de la ville à Charles VII et Jeanne d’Arc.

Ses descendants s’unissent aux principales familles de Troyes, les Dorigny, Hennequin, Marisy, Mauroy, Mesgrigny...

C’est ainsi que la seigneurie de Villy-le-Mareschal entre dans sa famille jusqu’en 1731, soit pendant 200 ans, ainsi que celles d’Assenay, de Bierne, la Côte, Roncenay, Vilmereuil.

Cette dernière leur arrive par le mariage de Marguerite Pithou, fille d’Antoine Pithou et de Jeanne de Hault, avec Claude IV Molé.

On voit les armes de cette famille aux verrières de la cathédrale de Troyes, et dans d’autres églises.

Édouard Molé (1540-1614), Conseiller au Parlement de Paris, sait entraver les intentions de l’Espagne au trône de France (1593), et prépare l’avènement d’Henri IV, dont il négocie l’abjuration.

Son fils Mathieu Molé, naît à Troyes en 1584, et décède en 1656.

Il est successivement premier Conseiller du Parlement de Paris, Avocat-Général, Président aux requêtes du palais, Procureur-Général, est nommé par le Cardinal de Richelieu, Premier Président du Parlement de Paris en 1641, Garde des Sceaux en 1651, et conserve ces 2 fonctions jusqu’à sa mort.

Molé vit des temps troublés, et y fait preuve d’une haute conscience civique. C’est l’un des plus beaux caractères de magistrats et d’hommes d’État les plus intègres dont s’honore la France.

Alors que la France a pour souverain un roi de 5 ans, Louis XIV, placé sous la tutelle de sa mère Anne d’Autriche, l’administration du ministre Mazarin cause des désordres, vite dégénérés en guerre civile, la Fronde, dont souffre beaucoup notre Champagne. Alors que se nouent parmi les plus Grands, et à la Cour, des intrigues bien capables de favoriser l’étranger, on le voit, seul contre tous assurer, par son inébranlable fermeté, le triomphe de la raison, de la justice et des lois. Il sait montrer aux uns et aux autres leurs devoirs, et faire appel aux sentiments de concorde et d’union. Il dit à la Reine mère : " Madame, les souverains doivent plutôt se faire obéir par amour et douceur, que par crainte et violence. La clémence doit être la principale de leurs vertus".

Le Cardinal de Retz dit de lui : " il voulait le bien de l’État préférablement à toutes choses, même à celui de sa famille ".

Vers le milieu du XVII° siècle, un descendant Molé forme à Troyes une bibliothèque choisie, dont tous les livres sont reliés en veau fauve, avec les armes et le chiffre du propriétaire au dos et sur les plats, qui sont restés comme l’ornement de la bibliothèque de Troyes.

Claude V Molé, le dernier qui ait porté ce nom, renouvelle l’alliance de sa famille avec celle des Mesgrigny, en épousant en 1644, Simone de Mesgrigny, fille de Jérôme de Mesgrigny, seigneur de Villebertin et autres lieux, gentilhomme ordinaire de la chambre du Roi, et de Marguerite Coiffart.

Ils ont 7 enfants dont 6 garçons, mais décédés sans laisser de postérité : Nicolas, seigneur de Montabert, lieutenant au régiment de Navarre en 1674, Pierre-François, seigneur de Villy-le-Mareschal et Villmereuil, capitaine et aide-major au même régiment en 1674, Jean-Jérôme, lieutenant des maréchaux de France en Champagne, Eustache, seigneur de Roncenay, lieutenant au même régiment que ses frères aînés, qui devient brigadier des armées du Roi et commandant pour Sa Majesté au gouvernement de Calais, chevalier de l‘ordre militaire de Saint-Louis.

 

 

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

Rechercher sur le site :