La vie à Troyes




La Ruelle des Chats



 

La carte postale la plus vendue à Troyes, a toujours été celle de la Ruelle des Chats.          

 

C’est en effet la plus célèbre rue de Troyes.

Les maisons se penchent l’une vers l’autre, jusqu’à se toucher.

 

Une demi-obscurité y règne, augmentant encore son aspect étrange.

Et l’on a une magnifique vue sur la tour-clocher du XVI° siècle, de l’église de la Madeleine.

 

En 1460, elle s’appelle Ruelle Maillard, et on y trouve le siège du garde-justice de l’abbaye de Montiéramey, du côté de la poulaillerie.

Elle était fermée par des grilles dont quelques éléments de ferronnerie subsistent du côté de la rue Champeaux, un montant encastré dans le mur et 9 pointes sur la barre transversale qui surmonte le passage, et rue Charbonnet, un montant terminé par une pomme de pin avec un élément accolé en forme de crosse.

 

Toutes les maisons qui la composent ont été reconstruites après le grand incendie de 1524.

Côté rue Champeaux, les maisons se sont affaissées et penchent l’une vers l’autre jusqu’à se toucher. Quelques étais les en empêchent.

Le nom de ruelle des chats viendrait de ce que les chats sautaient d’un toit à l’autre !

 

Le lieutenant de police prend un arrêté en 1789 : 

- il doit être posé à chaque extrémité de la ruelle, 2 grilles en fer, ouvertes de jour, mais fermées de nuit,

- il est interdit de conduire ou sortir de cette ruelle aucuns butins, décombres, charognes, tels que chiens, chats et volailles morts ou autres à peine d’amende,

- faites attention, ce passage donne lieu à des rendez-vous et occasionne des désordres de libertinage.

 

Comme à l’époque médiévale, la ruelle est pavée à l’ancienne, avec la rigole centrale pour l’écoulement des eaux, et un grand nombre de bornes en pierre, protégeant les maisons et permettant de se garer lorsque les voitures passaient.

 

 

Le long de la ruelle des Chats, les maisons d’avant guerre qui ont été détruites pour permettre l’installation de la clinique Juvénal seront restituées, à leur endroit d’origine, d’après nombre de documents, peintures, gravures d’époque, cartes postales et photographies.

 

 

Aujourd’hui des travaux sont en cours après la démolition de taudis, pour en faire un beau jardin médiéval.

 

Un magasin de souvenirs " l’Angélot " vous vend des chats de toutes sortes, et l’un des meilleurs restaurants de Troyes, " la Mignardise " vous y accueille.

 

Pour terminer, racontons une légende.

Au XII° siècle, Troyes joue le rôle de capitale du judaïsme de la France du Nord.

Le troyen Rachi est connu non seulement comme le plus célèbre et le plus populaire des rabbins du moyen âge, mais aussi comme le plus illustre commentateur de la Bible et du Talmud, et il reste le premier et le plus connu des juifs de France et du monde comme aimait le dire le Grand rabbin Samoun.

La légende dit qu’un jour, sa mère, la femme d’Isaac, enceinte, passe dans la ruelle des Chats, quand survient une grande voiture. Elle va être écrasée. Elle se raidit derrière une borne contre le mur, quand celui-ci s’enfonce par miracle, au dernier moment, pour lui faire de la place. La niche merveilleuse se voyait encore très bien, parait-il, il y a un siècle.

 

Rendez-vous ruelle des chats, vous y retrouverez peut-être ce renfoncement, et vous verrez que c’est le coin préféré des peintres, des photographes et des touristes.

 

         Les troyens sont fiers de leur ruelle des Chats qui a sollicité de nombreux artistes, inspiré de nombreux poètes et qui abrite encore chaque soir, les confidences des amoureux !

       

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

 

Rechercher sur le site :