Les Portes de Troyes

La vie à Troyes


Porte de Saint-Lyé, Sancti Leonis, ou de Provins

Au nord, la ville était close par une muraille comme aux trois autres côtés.

Une porte, dont le nom ancien n’est pas venu jusqu’à nous, y était pratiquée. Elle était située à l’extrémité nord de la rue des Sonnettes, faisant suite à la rue du Flacon, et celle-ci à la rue des Trois-Petits-Ecus. Elles formaient une voie qui croisait la rue de la Cité à angles droits. Ces 2 voies ayant à leurs extrémités les 4 portes, divisaient la ville en 4 quartiers à peu près égaux. Telle était la première enceinte connue de Troyes sous les Romains, et sous les rois Francs jusqu’à nos Comtes.

On l’appelait au XIV° siècle Porta Sancti Leonis ou Porte de Saint-Lyé, parce qu’en effet elle s’ouvrait dans la direction de cette localité. Nous n’avons rien trouvé qui pût nous renseigner sur l’histoire non plus que sur la forme de cette porte. Elle était très rapprochée de la vieille tour, au pied de laquelle les comtes de Troyes construisirent un de leurs châteaux-forts au XI° siècle.

La porte de ce château, bel échantillon d’architecture militaire de ces temps reculés, a traversé 7 siècles, respectée par le temps et le vandalisme même de 1793, que pour s’affaisser sous la pioche des démolisseurs du XIX° siècle.


Porte de Saint-Quentin

Moulin de la Tour
Moulin de la Tour

Nous trouvons, dès 1214, dans un acte de donation au profit de la maladrerie des Deux-Eaux, mention de la porte ou plutôt de la poterne de Saint-Quentin, qui n’a jamais été qu’un dégagement très secondaire.   

Au Nord et à l’extrémité de la rue de Molesme, se dressait la porte de Saint-Quentin, sur le bord intérieur du cours d’eau du moulin de la Tour.

Nous trouvons cette porte également mentionnée en l’an 1299, et elle existait encore au XVI° siècle.

Elle devait son nom au Prieuré de Saint-Quentin qui était dans son voisinage. Près de là se trouvait la porte de Challoël. Cette porte était assise en dedans du fossé d’enceinte en avant de la porte de Saint-Quentin.

En 1514, la porte est aussi appelée poterne de Saint-Quentin, « en avant du ru Cordé ». Une poterne était une petite porte qui était intégrée aux murailles d'une fortification, de façon discrète et qui permettait aux habitants de sortir ou rentrer à l’insu de l’assiégeant.


Rechercher sur le site :

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.