Religion



Pèlerinages du diocèse de Troyes


Le pèlerinage est une démarche universelle, présente dans toutes les civilisations, dans toutes les cultures, les plus différentes et les plus opposées.

Le cardinal Poupard, président du Conseil pontifical de la culture a dit : " Puisse l’histoire des pèlerinages faire naître en notre cœur, le désir de se mettre en marche sur les routes de pèlerinage pour, un jour, arriver au sanctuaire du cœur de Dieu, dans le ciel qui nous attend pour une éternité de paix, d’amour et de joie ".

 

Voici les pèlerinages de l’Aube, dont la plupart datent de plusieurs siècles.

 

Sainte Germaine, patronne de Bar-sur-Aube, a sur la montagne qui porte son nom, une petite chapelle qui lui est dédiée. Elle y fut martyrisée par ordre d’Attila en 451. La chapelle ancienne a été reconstruite par le général Vouillemont originaire de Bar. Le pèlerinage a lieu le 1er mai.

 

En 637, sainte Tanche, âgée de 16 ans, a la tête tranchée par un serviteur qui a cherché en vain à la séduire, à Lhuitre. A cet emplacement est construite une chapelle. La tête de la sainte repose dans l’église voisine. Cette relique est transportée en procession le dimanche qui suit le 15 août, de l’église à la chapelle.

 

En 1076, Simon de Valois, comte de Bar-sur-Aube, fonde à Cunfin, au milieu des bois, une chapelle dédiée à Sainte-Anne. Le pèlerinage se célèbre le 27 juillet. Elle est, pendant cinq cents ans, un lieu de pèlerinage très fréquenté. Elle a été supprimée depuis par le propriétaire du terrain où elle était située.

 

Du X° siècle, date le pèlerinage à Notre-Dame du Chêne. Le roi Louis XI, dont on connaît la dévotion envers les madones, y vient vers 1470. En 1669, une chapelle en pierre a remplacé le vieil édifice en bois, et est inaugurée en présence de plus de 6.000 personnes. L’église actuelle a été érigée en 1865. Ce pèlerinage est institué, dans sa forme solennelle et non plus locale, le 1er août 1873 par Monseigneur Ravinet, devant plusieurs prélats (de Nancy, de Strasbourg, de Salem, d’Illion), 150 ecclésiastiques et 8.000 pèlerins venus avec des trains spéciaux.

 

Près de Landreville, en 1380, sainte Béline a la tête tranchée par le seigneur du lieu, pour avoir résisté à ses avances. Une chapelle lui est dédiée à cet emplacement, et restaurée en 1913. Les ossements de la sainte reposent dans l’église paroissiale Le pèlerinage est fixé au lundi de Pentecôte.

 

Au XVI° siècle, la famille des Bérulles fait édifier à Céans-en-Othe une chapelle en l’honneur de sainte Reine, morte en martyre en 253. En reconnaissance, la commune change son nom en Bérulle. Le pèlerinage a lieu le 7 septembre, où l’on honore un fragment d’os.

 

Saint Bernard fonde l’abbaye de Clairvaux. 700 religieux vivaient sous sa règle, de qui dépendaient 76 monastères. Il faut attendre 800 ans, en 1860, pour qu’un pèlerinage soit organisé le dimanche qui suit le 20 août. En 2012, il a lieu le 2ème dimanche de juin.

   

       En 1869, l’évêque de Troyes crée le pèlerinage des 5 plaies d’Alibaudières. En 1902, le curé érige au fond de son église un calvaire monumental avec 10 marches.

    Tous les ans, le lundi de Pentecôte a lieu le pèlerinage. 

 

    Pèlerinage à Notre-Dame du Buisson (Cussangy) le 25 mars et le 8 septembre.

 

Le village de Mesnil-Saint-Loup ne possédait qu’une pauvre église bâtie par les Templiers au XII° siècle. Le 5 juillet 1852, le curé, l’abbé Ernest André, cherche à réveiller la foi parmi ses paroissiens.

Sous son nom religieux de Père Emmanuel, il est reçu à l’audience du pape Pie IX. À genoux devant le pape, il demande la faveur que ce nom de Notre-Dame de la Sainte-Espérance soit donné à la statue de la Vierge Marie qui se trouve dans son église paroissiale et qu’une fête de Marie, Mère de la Sainte-Espérance y soit célébrée chaque année, le quatrième dimanche d’octobre. Après un instant de réflexion, Pie IX accueille favorablement ces demandes.

Le 8 juillet, un décret de la Congrégation des rites les enregistre officiellement. De retour dans sa paroisse, le Père Emmanuel lance cette invocation à ses fidèles lors de la fête de l’Assomption 1852 : " Sainte Espérance, convertissez-nous ".

Les paroissiens, l’adoptent d’emblée. Ce pèlerinage a lieu l’avant dernier dimanche d’octobre, et commence par l’Eucharistie, puis un repas convivial, un chapelet médité, une conférence débat avec notre évêque et un témoin, les Vêpres et la bénédiction du Saint Sacrement. La première fête est célébrée le dimanche 24 octobre 1852. Le Père Emmanuel, donne à l’image de Marie, le nom de Notre-Dame de la Sainte Espérance, et en 1864 édifie une nouvelle église. Le 23 octobre 1873, Monseigneur Ravinet l’inaugure. La fête se célèbre le 4° dimanche d’octobre.

 

 

Pèlerinage de Saint Joseph à La Villeneuve au Chemin organisé par M. Cardot alors vicaire de Saint-Nicolas, avant de devenir curé

 

En 1844, le curé de Neuville-sur-Seine fait élever une chapelle à Sainte Philomène, où il place ses reliques, qui sont vénérées le 11 août.

 

Construite au XII° siècle, réhabilitée au XVIII°, la chapelle Saint-Christophe à 35 km de Troyes devient un lieu de pèlerinage, il y a moins d’un siècle, à la suite d’une protection accordée à un automobiliste lors d’un grave accident, non loin de la chapelle. Des milliers de pèlerins, avec des moyens de locomotion les plus divers, sont bénis le dimanche qui suit le 25 juillet.

  

Rechercher sur le site :

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.