Religion


Le Jansénisme


C’est en 1653 qu’une bulle du pape Innocent X condamne 5 propositions de l’ « Augustinus », ouvrage de l’évêque Jansenius sur la Grâce.

          Tous les théologiens ne partagent pas l’opinion du pontife.

Le docteur Antoine Arnaud prend en main la défense du livre condamné, Pascal l’appuie par ses « Provinciales » et la lutte s’engage.

 

Un moment assoupie sous le pontificat de Clément IX, la querelle se ranime avec une nouvelle violence, quand Clément XI, par la bulle « Unigenitus », condamne les « Réflexions morales » du Père Quesnel de l’Oratoire.

La décision du pontife est rejetée par une partie des membres du clergé français qui, conformément à la fameuse déclaration de 1682, rédigée sous l’inspiration de Bossuet, affirme que l’autorité du pape est subordonnée aux décisions des conciles et que par conséquent le droit d’appel est ouvert pour eux. Ils en appellent donc à la décision du futur concile. On les désigne sous le nom d’ « appelants ».

Tout d’abord, cette querelle ne fait pas grand bruit à Troyes.

L’évêque Denis Bouthillier de Chavigny adhère sans difficulté à la bulle et y fait adhérer son clergé. En 1716, il est appelé à l’archevêché de Sens.

L’abbé Jacques Bénigne Bossuet, neveu du grand Bossuet « l’Aigle de Meaux », est désigné pour lui succéder.

Dès que la nouvelle se répand à Troyes, il se produit une subite réaction contre la constitution Unigenitus.

Lejeune, curé de Saint-Nizier et supérieur du Petit-Séminaire (qui fut longtemps un foyer du Jansénisme, on y lisait publiquement l’Augustinus), rétracte publiquement son adhésion à la bulle pontificale et forme appel par le ministère d’un notaire.

Son exemple est suivi par 8 pères de l’Oratoire, les prieurs de Saint-Loup et de Saint-Martin-ès-Aires et 5 de leurs religieux. Ils pensent que J-B. Bossuet, fidèle aux traditions gallicanes de son oncle, accueillera volontiers leur appel au futur concile. Ils ne se trompent pas.

En 1725, à l’assemblée du clergé, l’opposition énergique de l’évêque de Troyes fait échouer la proposition de la rédaction d’un formulaire en faveur de la Constitution.

En 1727, le concile provincial d’Embrun ayant suspendu, comme janséniste, Soanen, évêque de Senez, Bossuet figure parmi les 12 prélats signataires de la lettre au roi contre ce qu’on a appelé le « brigandage d’Embrun ». Une grande partie du clergé troyen applaudit à cette courageuse protestation. Une lettre de félicitations est adressée à Bossuet. Elle est signée de 5 religieux de Montier-la-Celle, 8 de Montiéramey, 9 de Saint-Martin-ès-Aires, 2 de Saint-Loup, 5 Jacobins, 30 prêtres de l’Oratoire, 90 prêtres séculiers et 2 chanoines de la Cathédrale.

Sous l’épiscopat de Bossuet, le jansénisme fait dans le diocèse de Troyes de rapides progrès.

Attachés de cœur aux doctrines du Père Quesnel, l’un des membres les plus illustres de leur ordre, les Oratoriens profitent de l’influence que leur assure la direction du Collège pour gagner à leur parti l’élite de la jeunesse troyenne.

Bientôt, la plupart des chanoines de la cathédrale et presque toutes les communautés religieuses sont converties aux nouvelles doctrines.

« On prétend, dit en 1739 le cardinal Fleury, que tout le diocèse est gâté aussi bien que les monastères, et que le Petit-Séminaire fait un très grand mal ».

Les pères de la Mission sont résolus à ne point envoyer le directeur au Grand-Séminaire, parce que Mgr de Troyes leur a dit nettement qu’il ne voulait pas qu’on fit la moindre distinction entre les Constitutionnaires et les Appelants, et qu’il n’approuverait aucun prêtre qui pensât autrement ».

Persécutés dans les autres diocèses, les prêtres jansénistes trouvent un refuge auprès de l’évêque de Troyes. En 1736, il accueille un jeune homme, qui devait fournir une bien glorieuse carrière, Charles Michel de l’Epée, clerc du diocèse de Paris, à qui l’archevêque Christophe de Beaumont refuse l’ordination comme janséniste. Contrairement aux usages du temps, mais conformément à l’ancienne discipline, Bossuet le nomme, avant son ordination, curé de Saint-Benoist de Feuges et lui confère régulièrement la prêtrise le 5 avril 1738.

Bossuet ne peut néanmoins étendre sa protection à tous les jansénistes.

 

En 1742, âgé de 81 ans, brisé par l’âge et les fatigues, Jacques-Bénigne Bossuet résigne ses fonctions épiscopales.

Sa décision cause une vive douleur dans tout le diocèse, mais la douleur se change en consternation quand on apprend que Louis XV vient de lui donner pour successeur Matthias Poncet de la Rivière, l’un des plus fougueux partisan de la Constitution. (Voir dans les évêques : Mgr Poncet pour la suite du jansénisme).

 

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

 

 

 
Rechercher sur le site :