Sainte Claire d'Assise
Sainte Claire d'Assise

Abbayes, Couvents, Congrégations...


Congrégation des sœurs Clarisses


 

Les Clarisses, ou ordre des Pauvres Dames, tiennent leur nom de sainte Claire d’Assise (1193-1253).

 

Conquise par l’idéal de pauvreté prêché par François d’Assise, Claire d’Assise crée cet ordre en 1212, à sa demande. A 18 ans, ayant fait profession de foi devant lui, elle coupe sa longue chevelure blonde et revêt la bure. Elle rédige la règle de son ordre : moniales cloîtrées, contemplatives, bannissant toute propriété individuelle ou collective. Ce nouvel Ordre se développe rapidement et le pape Innocent IV en approuve la règle en 1253  

Le comte Thibaud V de Champagne a épousé une fille de Saint-Louis, Isabelle de France. La tante de celle-ci, également dénommée Isabelle, sœur de saint Louis, fonde à Longchamp en 1255, un monastère de Clarisses.

 

Ces religieuses reçoivent du pape Troyes Urbain IV (1261-1264), le 22 juin 1264, leur règle définitive, d’où le nom d’Urbanistes qu’elles portent concurremment avec celui de Cordelières et Petites Cordelières. Le pape troyen adoucit la règle primitive, en permettant à cet Ordre de recevoir des dons et de posséder des biens et des revenus.

 

En 1269, la comtesse de Champagne Isabelle appelle des Urbanistes à La Chapelle-Saint-Luc où le lieu dit La Cordelière existe toujours. Elles ont aussi une maison à Troyes, dans le quartier de la Juiverie ou la Broce aux Juifs, au centre duquel se trouve précisément le couvent des Cordeliers.

 

Dès 1289, ces religieuses retournent à Paris. Déçue par les adoucissements de la règle par Urbain IV, sainte Claire ramène l’Ordre à la rigueur, et est confirmée dans cette mission par les papes Martin V (1431) et Benoît XIII (1730).

 

Le premier monastère des religieuses Franciscaines de Troyes est fondé par M. l’abbé Jean-Baptiste Heurlaut (1816-1887), curé de Maizières-les-Brienne, originaire de Ville-sur-Terre, ayant fait ses études au Grand Séminaire de Troyes. Il songeait à fonder dans sa paroisse une petite communauté de religieuses. Il réalise ce dessein avec l’aide d’une jeune fille dont il connaissait les secrètes aspirations à la vie du cloître et l’amour ardent pour la Sainte-Eucharistie : Joséphine Bouillevaux, née à Maizières le 1er juin 1820, décédée à Troyes le 8 août 1871. Après ses études à la Visitation de Troyes, elle avait crée dans sa paroisse une école de filles.

 

En 1846, l’abbé Heurlaut transforme la direction de l’école en communauté : « Les Sœurs de l’Immaculée Conception ». Fondateur et fondatrice revêtent l’un après l’autre les livrées franciscaines. En 1851, l’abbé Heurlaut prend le nom de Père Bonaventure et un an après, Joséphine Bouillevaux devient Sœur Marie de Sainte Claire, pour son admiration de Sainte Claire et de Saint François d’Assise. Le 8 janvier 1854, la petite communauté s’installe à Paris, rue d’Enfer.

 

Le 15 décembre 1854, le Père Bonaventure procède aux premières vêtures. Devenues Religieuses Franciscaines du Très Saint-Sacrement, le 24 mai 1856, elles obtiennent le privilège si désiré, de l’Adoration perpétuelle jour et nuit.

 

Le 15 juillet, les Sœurs quittent Paris pour Troyes, où elles emménagent dans une maison située rue du Cloître Saint-Pierre, devenue rue Mitantier. Les corps de bâtiment datent des XII° et XIV° siècles, s’agissant d’une ancienne maison canoniale. Leur chapelle est installée dans un dortoir. Les Franciscaines obtiennent de l’exposition permanente du Saint-Sacrement, jour et nuit. En 1872, l’Ordre est cloîtré, suite au souhait de Mère Marie de Sainte-Claire. Depuis le 10 juin 1969, avec l’autorisation du Saint-Siège, les Sœurs adoptent la Règle de Sainte Claire d’Assise, d’où le changement de nom en Clarisses.

 

Monseigneur Cortet, évêque de Troyes, pour trouver des fonds afin d’ériger une chapelle, fait imprimer une image vendue 1 F à l’époque. Le 17 septembre 1875, la première pierre de la chapelle est posée, et est consacrée par Monseigneur Cortet en juillet 1879, qui dépose à l’autel les reliques de SS. Calixte, Eugène et Sabin martyrs. Elle est placée sous le vocable de Notre Dame des Anges, comme celui de la Chapelle d’Assise où saint François a commencé la fondation  de l’Ordre des Franciscains et où sainte Claire prit l’habit et fit profession.

 

La chapelle est en pierre, avec voûtes lambrissées. Le tympan est percé par un triplet. En partie détruite durant la guerre, elle est reconstruite de façon identique en 1945. Elle mesure 17 m sur 6,20 m et a 9 m de haut dans la nef et 12 dans le sanctuaire. Elle peut accueillir 120 personnes. Sur l’ogive du chœur est écrite la devise des sœurs Clarisse : « Rendons grâce à Dieu par Jésus au Très Saint Sacrement ». Le Très Saint Sacrement  est continuellement exposé.     

 

Mère Marie de Sainte Claire est enterrée dans la clôture du monastère de Troyes.

 

Le père Bonaventure est enterré dans le cimetière de Nogent sur Aube.

 

Le 10 décembre 2011, dans la chapelle réhabilitée, un nouvel autel est consacré par Mgr Marc Stenger, évêque de Troyes.  Dans cet autel, ont été déposées les reliques des saints martyrs Callixte, Eugène et Sabin,  provenant de l’autel précédent, plus celles des saintes Agathe et Apolline, des saints Bernard de Clairvaux, Frobert, sainte Exupérance, et un fragment de l’aube du Père Bonaventure  Heurlaut, fondateur de l’Ordre, et un morceau de l’habit de Mère Marie de Sainte Claire Bouillevaux, fondatrice des Clarisses de l’Adoration perpétuelle.

 

 

 

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

Rechercher sur le site :