Abbayes, Couvents, Congrégations...



Abbaye de Basse-Fontaine  


En 1143 fut fondée l’abbaye de Basse-Fontaine, située près des bois de Brienne, auprès d’une belle fontaine qui lui donna ce nom.

         Cette abbaye du diocèse de Troyes, de l’Ordre des prémontrés, est une abbaye fille dépendant de l’abbaye mère de Beaulieu et de l’abbé de Beaulieu le Père Abbé. Les Prémontrés, ordre de chanoines réguliers, ont été fondés en 1120 par saint Norbert et soumis à la règle de saint Augustin.

Gauthier II, comte de Brienne qui faisait la chasse dans ses bois, excité par la piété, invita ces prémontrés « à prendre quelque canton en pleine forêt » et leur donna le nom de Basse-Fontaine pour les avoir près de soi, car il les trouvait trop éloignés à Beaulieu. Ce fut pourquoi il fit bâtir dans leur église une chapelle sous l’invocation de Sainte Catherine, où il venait faire ses dévotions et entendre la messe avant que d’aller à la chasse ».

Ce fut ainsi que Basse-Fontaine fut bâti par la munificence des Comtes de Brienne aimant beaucoup la sincérité des religieux prémontrés qui paraissait par leurs habits blancs.

Gonthier II fit beaucoup de bien à cette maison : il donne à l’église de Basse-Fontaine la décime de ses rentes de Brienne, le dixième muid de vin, la décime de toute provision de sa maison, excepté de l’avoine achetée pour ses chevaux, la décime des revenus de sa maison de Piney et de ses bois, tant en argent qu’en autre provision, la décime de ses labourages. De plus, il leur donne une terre et rive de la rivière d’Aube, depuis le ruisseau Pontau jusqu’au ruisseau appelé Profet des Bois, et la possibilité de bâtir un moulin sur l’Aube « pour s’en servir ».

Ancher, saint homme, et vertueux fut le premier abbé, qui fut aimé non seulement de ce Comte et de ses Enfants pour sa bonne vie, mais encore de l’évêque Hatton qui lui donna des titres de confirmation en 1146. Le pape Eugène III l’approuva en 1158, Airard l’augmenta en 1185.

Dans cette église repose : 1 dent de saint Laurent, deux grands os du bras, un de saint Blaise et un de saint Eloy, et surtout  le doigt index de saint Jean-Baptiste « duquel il montra Notre Seigneur Jésus-Christ disant Ecce agnus dei ».  

Le 24 novembre 1428, Jean III Léguisé, évêque de Troyes fit une charte, ayant appris que l’église de Basse-Fontaine de l’Ordre de Prémontré, bâtie en l’honneur de la Vierge Marie est enrichie d’une précieuse relique : il désira que la dite église soit fréquentée « avec honneur, être parée et visitée, à tous vrais pénitents confessés qui visiteront la dite église aux fêtes de Notre-Dame de la Conception, Annonciation, Nativité, Purification et Assomption et encore en la Vigile et lendemain jour de saint Jean-Baptiste pour y prier Dieu et y feront quelques aumônes, nous leur octroierons 40 jours d’indulgence et rémission de leur pénitence ».

L’abbaye de Basse-Fontaine est devenue, par succession de temps, un simple prieuré, qui fut supprimé en 1772 et réuni à l’abbaye de Beaulieu. C’est le fameux archevêque de Toulouse, Loménie de Brienne, qui obtint le 26 juillet 1771, le brevet du roi, nécessaire à cet effet. L’abbaye ne renfermait plus que 4 religieux qui reçurent une pension viagère de 800 livres.

La sécularisation fut effective en 1773, et en 1790, ce prieuré fut vendu comme bien national.

Le cloître était en forme de quadrilatère, ne comportant que 3 côtés, le quatrième côté en fermant le cloître du Nord.

Sur le penchant du bois du Deffaut, à environ 3 kms au sud-ouest de Brienne-le-Château, proche de la fontaine qui va se jeter tout près dans l’Aube, se trouvent quelques ruines qui ont été restaurées en 1864 : une galerie du Cloître du Sud comprenant 11 petites arcades romanes. Les chapiteaux de ces colonnes présentent une décoration riche et variée, une arcade gothique construite sur la fontaine dont la source s’écoule dans un petit étang qui se déverse dans l’Aube toute proche.

Des vestiges se trouvent à l’église de Brienne-la-Vieille : statue reliquaire du doigt de saint Jean-Baptiste, bronze doré et peint représentant le saint debout, présentant la relique. Le portail roman de l’abbaye a été rapporté à la porte principale de l’église de Brienne-la-Vieille.

A l’Hôpital-Hospice de Brienne-le-Château : le clocher et la cloche de l’ancienne abbaye de Basse-Fontaine.

A l’église du Petit-Mesnil : ensemble du retable et de l’autel.

A l’église Saint-Quentin de Mathaux, du XVII° siècle, 2 tableaux : Le christ au pressoir et un calvaire.

A l’église de Précy-Notre-Dame : le titre de l’abbaye y a été transféré.

Brienne-la-Vieille fut détruite à 80 % par l’incendie provoqué par les Cosaques en 1814. Dans la reconstruction de certaines maisons, on utilisa les pierres des anciens bâtiments de l’abbaye. Pour l’Hôpital de la Charité, construit en 1779-1780, par la munificence du Cardinal Etienne-Charles de Loménie, archevêque de Toulouse et membre de l’Académie française, construction de style Louis XVI, on utilisa le clocher et la cloche de l’église de Basse-Fontaine. Cet ensemble est maintenant, une maison de retraite. Des débris de construction ont été retrouvés en démolissant d’anciennes maisons du village de Mathaux, datant de la reconstruction de 1815 : cheminée en pierre avec des sculptures du XVII° siècle, serrures de porte charretière à 2 clefs, diverses clefs de serrure, pierres taillées, taques de cheminée.  


Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

Rechercher sur le site :