La Révolution


150° anniversaire de la Révolution Française à Troyes  


1 mois 1/2 avant la déclaration de guerre à l’Allemagne le 3 septembre 1939, pendant cette triste période, Troyes fêtait le Cent cinquantenaire de la Révolution Française. Il m’a semblé intéressant d’en donner les comptes-rendus de presse, montrant comment les journalistes informaient, selon leur sensibilité.

D’après 3 quotidiens de l’époque : « La Tribune de l’Aube et de la Haute-Marne », « Le Petit Troyen » et « L’Express de l’Aube », nous allons voir le détail des festivités à Troyes… et… l’actualité.

Dès le dimanche 7 mai, on trouvait dans « Le Petit Troyen », en première page, sur 2 colonnes, avec comme titre « 150° anniversaire de la Révolution Française », un article portant sur « La convocation des Etats généraux – Réunion des Assemblées préliminaires du Bailliage de Troyes ». Le mercredi 31 mai, sous le même titre, on pouvait lire « Les cahiers de 1789 dans la Champagne méridionale », le dimanche 11juin : « Documents inédits. Assemblée primaire de Laines-aux-Bois », et le mardi 11 juillet, un « Abrégé des événements de 1789 à 1792 », avec la suite le mercredi 12 et la fin le jeudi 13.

« La Tribune » publiait le dimanche 2 juillet, en pages 2 et 3, sur 2 colonnes, un article sur « La Révolution à Troyes et dans l’Aube ». La suite paraissait le mercredi 12, et la très longue fin (4 colonnes) le jeudi 13 juillet.

Dans « L’Express de l’Aube », on ne lit aucun article préliminaire.

Le programme des fêtes du Cent cinquantenaire de la Révolution Française (1789-1939), c’est son intitulé exact, paraît dans « La Tribune » le mercredi 5 juillet, puis le jeudi 6, avec l’appel du Maire à la population, le vendredi 7 et le dimanche 9 sous la forme d’un résumé. 

« Le Petit Troyen » le publie le jeudi 6 en première page, le vendredi 7 et le résumé le dimanche.

Enfin, « L’Express de l’Aube » le mercredi 5 juillet, sans l’appel du Maire, puis il le donne le vendredi 7 et le samedi 8. Voici cet appel : « A la Population. Le Gouvernement de la République a demandé aux Municipalités de donner un éclat particulier aux fêtes du Cent cinquantenaire de la Révolution Française. La Municipalité Troyenne, consciente de la grandeur de l’œuvre de la République qui donna au peuple la Liberté et l’Egalité des droits et qui porta au plus haut degré le patriotisme de ses enfants, convie la population à honorer les héros de cette grande cause avec dignité et fierté. Dans les moments tragiques que connaît l’Humanité et que vit notre Pays, nous devons témoigner de notre attachement  au régime démocratique et de notre fidélité à la grandeur et à la noblesse de la France. Face aux tyrans, ceux de 1789 ont tenu dans des conditions difficiles. Face aux dictateurs, ceux de 1969 proclameront leur amour indissolublement lié de la Liberté et de la Paix : René Plard, Député Maire ».

Dimanche 9 juillet : 2 grandes représentations théâtrales et musicales de plein air, boulevard Victor Hugo, à 18 H et à 21 H, comprenant : 1) Une scène d’assemblée de village pour l’élaboration des cahiers de doléances ; 2) Une importante partie musicale et chorale et chorégraphique (Invocation de Gossec), sous la direction de M. Amable Massis, Directeur du Conservatoire ; 3) La reconstitution d’une scène de la Révolution, tirée d’un ouvrage de M. Louis Dumont.

Jeudi 13 juillet : à 21 h 30, retraite aux flambeaux, avec la participation de la Troupe et des Sociétés musicales et gymniques. Après la retraite, concert au kiosque du jardin du Rocher, par l’Harmonie Syndicale.

Vendredi 14 juillet : à 9 h, boulevard Victor Hugo, Revue des Troupes, remise de décorations. A 14 h 30, reconstitution du cortège historique suivant avec les costumes de l’époque : Révolution par la Troupe locale au Rond Point Voltaire, des gardes nationaux revenant en 1790 de la Fête de la Fédération. Défilé du cortège historique jusqu’à la Préfecture. Remise du drapeau. Discours tirés de l’histoire locale. Reprise du défilé jusqu’à la place Jean Jaurès où aura lieu la plantation d’un arbre de la Liberté. A 16 h, boulevard Victor Hugo, grande fête gymnique et musicale avec le concours des sociétés locales. Allocution de M. René Plard, député maire de Troyes. A 15 h, concert au kiosque du Jardin du Rocher, par l’Harmonie municipale. A 22 h, boulevard Victor Hugo, feu d’artifice. Illumination de l’Hôtel de Ville.

A l’Hôtel de Ville, tous les jours, jusqu’au 16 juillet : Exposition du Cent cinquantenaire de 8 h à 12 h et de 14 h à 19 h, comprenant  de très nombreux documents, objets, tableaux, statues, ainsi que de très belles collections de monnaies, médailles… se rapportant à l’époque révolutionnaire. Entrée payante le vendredi : 2 francs. Entrée gratuite tous les autres jours.

On attend dans les journaux datés du mardi 11, le compte-rendu de la journée du dimanche 9. Stupeur ! Rien n’apparaît en première page des 3 quotidiens. Mais sur la « une » du « Petit Troyen », on lit sur 3 colonnes : « Crime mystérieux entre Buchères et Verrières » (voir dans crimes), avec photo. Dans « La Tribune », l’assassinat de la jeune normalienne est relaté sur 2 colonnes de la p. 4, et dans « L’Express de l’Aube », sur 2 colonnes de la p. 2. En revanche ce même journal ne publiera ni compte-rendu, ni photos des fêtes du dimanche. « Le Petit Troyen », lui, montre sur toute la 3° page, 9 photos du spectacle et présente « les magnifiques réalisations du théâtre de verdure ».

Les détails macabres prouvent qu’il y a 76 ans, déjà, un fait divers tenait une très grande place dans la presse.

« Le Petit Troyen » présente donc un large compte-rendu des fêtes. « La Tribune » avait choisi une voie moyenne : elle publie dans « la journée dominicale », des photos de la cérémonie mêlées à l’exposition des ateliers-écoles, de la distribution des prix du Conservatoire et de la fête du quartier de la Préfecture, mais de compte-rendu, point. Il faut attendre le mercredi 12 pour avoir le récit de ce qui s’est passé le 9 ! Le début de l’article est plutôt acerbe : « La municipalité troyenne qui n’a jamais été économe des deniers des contribuables a voté une somme de 50.000 f en vue de l’organisation des fêtes de la commémoration du 3° cinquantenaire de la Révolution française. Il semble qu’une telle somme eut ait été plus utile au soulagement des misères de bon nombre de chômeurs. On a construit boulevard Victor Hugo un superbe théâtre de verdure à très grand renfort de matériaux, on a mobilisé plus de 500 exécutants dont les meilleurs de notre ville, et tout cela pour composer un spectacle d’à peine 40 minutes… ». « Le Petit Troyen », lui écrit au contraire : « Un spectacle comme il en a été rarement présenté au public troyen… c’est bien l’appréciation unanime… Le programme était parfait… ».

La Marseillaise fut jouée et chantée dans son entier, devant le public debout.

Les 3 quotidiens sont parus le vendredi 14 juillet, parlant du Cent cinquantenaire : « La Tribune », un éditorial, « Le Petit Troyen », 3 longs articles : L’enseignement secondaire et la Révolution Française, le Cent cinquantenaire à Troyes, La Révolution française et l’enseignement primaire. Dans « L’Express » du dimanche 9 juillet, un article intitulé « Ce centenaire », ne parlait pas de Troyes, mais insistait sur les dépenses, « à grand renfort de millions ».

Les Troyens se sont rendus en foule au concert de l’Harmonie municipale au kiosque. Le 15 juillet, « Le Petit Troyen » remarque : « Comme il est fatigant de demeurer debout, quelques couples, faisant la nique au règlement, s’installent sur la pelouse. Enhardis par cet exemple, les promeneurs envahissent bientôt les pelouses. Un agent fait bien observer qu’il est interdit de s’asseoir sur le gazon, mais les auditeurs font la sourde oreille et le commissaire central, en personne, doit intervenir pour faire évacuer les pelouses ».

Quant au feu d’artifice du 14 juillet, « La Tribune » fait remarquer « qu’on a seulement à regretter le sans gêne de quelques membres du Conseil municipal qui vinrent s’installer à l’intérieur de l’enceinte réservée pour les artificiers, bouchant ainsi la vue aux dizaines de gosses du premier rang… ». Ce journal termine : « En résumé, servis par le beau temps, les Troyens ont passé un bien agréable 14 juillet ». On lit dans « Le Petit Troyen » : « Une admirable journée, qui mérite une bonne place dans l’album des festivités de la vieille cité champenoise ».     

En 1939 à Troyes, la vie continuait. Le 30 juillet, pour la première fois, le Tour de France faisait étape à Troyes.

Début septembre d’autres événements graves allaient survenir !           

                                      

 

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

 

Rechercher sur le site :