Coutumes et traditions



Roulées


 

Symbole de l’éclosion, l’œuf contenant le germe de la manifestation, est un symbole universel. Les Celtes se représentaient la naissance du monde à partir d’un œuf.

 

L’opinion, généralement admise, rattache l’origine des œufs de Pâques au IV° siècle, à l’établissement du carême pendant lequel l’Eglise a interdit l’usage des œufs.

 

La Semaine sainte est le temps de la récolte des œufs à l’état de nature, le samedi ou le lundi de Pâques est le jour de la récolte des œufs, appelés roulées (voir le chapitre Pâques).

 

Le nom des roulées vient de l’usage qui est fait de ces œufs dans un jeu jadis très répandu. On faisait rouler, sur un plan incliné, des œufs qui, avant de s’arrêter, devaient s’entrechoquer avec d’autres placés au repos et servant de but.

 

Les enfants des villages perpétuent la tradition des crécelles. 

 

Durant les 3 jours qui précèdent Pâques, du jeudi saint au samedi saint midi, le clocher ne carillonne plus, les cloches, selon la tradition, « étant parties à Rome ».

 

Les roulées intéressaient particulièrement les enfants de chœur, qui allaient de maison en maison, l’un portait un panier, un autre une bourse.

 

La coutume était de faire « chanter » les crécelles pour remplacer les cloches parties à Rome, habitude prise depuis le VIII° siècle.

 

Munis de grands paniers pour recevoir les œufs, et de crécelles que chacun agite avec énergie, et qu’ils appellent leur « bruant » les enfants vont de maison en maison, de porte à porte « bruander » leur joyeux passage. Le mot « bruant » vient de ce que le fait d’actionner une crécelle  produit beaucoup de bruit. C’est ce concept qui est à l’origine de la seconde appellation de l’instrument : répandre du bruit, bruire.

 

Quelquefois l’un des enfants tient une grande croix de bois, peinte en rouge, ornée du buis, fleurs et de rubans multicolores.

 

Ils vont dans toutes les maisons du village, frappant à toutes les portes. Ceux qui, pour des raisons diverses refusaient les roulées, entrouvraient seulement la porte et montraient le balai ! Les enfants savaient ce que cela signifiait et filaient !

 

Les enfants prenaient tout ce qu’on leur donnait. Quelques fois, on leur donnait du beurre, du lard, du jambon et là où les œufs n’abondent pas, ils reçoivent quelques pièces de monnaie, du chocolat, des gâteaux ou d’autres friandises.

 

De retour au presbytère, le partage des œufs et de l’argent était fait par le prêtre, le sacristain ou le plus âgé des quêteurs, à part égale. Chaque enfant de chœur se hâtait de vendre une partie de ses œufs, pour grossir son pécule.

 

A Rumilly-les-Vaudes, à Géraudot, à Jully-sur-Sarce, les roulées annonçaient la moisson. Le lundi de Pâques, en effet, le patron invitait les ouvriers à la ferme. Ceux qui acceptaient d’y « manger les roulées », s’engageaient par là, pour les travaux de la moisson.

 

         Personnellement, il y a plus de 80 ans, je faisais la tournée des roulées à La Villeneuve-au-Chêne, muni d’un panier à vendanges.

 

         L’abbé Charles Nioré, historien du XIX° siècle, écrit que du XVI° au XVIII° siècles, dans l’Aube, on faisait la quête des œufs le vendredi saint au profit de la « fabrique ». Elle produisait en général de 18 à 20 douzaines d’œufs qui se vendaient 4 sols en moyenne la douzaine.

 

Cette semaine de Pâques, dans certaines communes, les œufs étaient aussi souvent à l’honneur, avec les facteurs qui faisaient la quête dans les maisons du village et les pompiers, qui, après une manœuvre de la pompe, frappaient à chaque porte et recevaient œufs, lard et pièce. Le tout servait à la confection d’une omelette géante que les soldats du feu dégustaient, bien arrosée, grâce aux pièces données.

 

Dans certaines coutumes de l’Aube, l’œuf des jours saints, symbole de prospérité, était consommé pieusement le jour de Pâques, parce qu’il avait la vertu d’éloigner les fièvres pendant toute une année.

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

 

Rechercher sur le site :