Contes, légendes et anecdotes


Chapelle Notre-Dame du Buisson  


Dans la partie de la paroisse de Cussangy nommée Chavigny, se trouvait une chapelle célèbre dédiée à la Sainte Vierge et connue sous le vocable de « Notre-Dame du Buisson ».

Voici comment la légende explique ce nom :

         Un jeune pâtre qui gardait son troupeau, remarqua à diverses reprises que l’un des animaux s’arrêtait près d’un buisson à côté d’une fontaine : chaque arrêt était ponctué d’un beuglement singulier.

Fort intrigué par ce manège, le petit pâtre s’approche du buisson, et il y découvre une statue de la Vierge. Avec déférence il l’enlève et la rapporte à la maison où sa mère la place dans un coffre.  

Le lendemain, la bonne femme va raconter par tout le village la découverte faite par son fils, mais quand elle veut montrer la statue en question, celle-ci n’est plus dans le coffre, on la retrouve dans le buisson près de la fontaine.

Instruit de ce fait, le curé de Cussangy se dirige en procession vers le lieu où était la statuette et il la rapporte à l’église.

Mais le lendemain, elle avait encore regagné son buisson.

M. le curé comprit alors que la Sainte Vierge voulait être honorée à l’endroit où sa statue avait été découverte. C’est pourquoi il engagea ses paroissiens à y construire une chapelle, ce qui eut lieu en effet.

         Le culte de Notre-Dame du Buisson devint célèbre, on y accourait en pèlerinage de plus de 10 lieues à la ronde, surtout le 25 mars et le 8 septembre.

         Les estropiés recouvraient l’usage de leurs membres, une multitude de béquilles en faisaient foi.

Les fièvres les plus invétérées cédaient à l’efficacité de l’eau que l’on buvait et que l’on ramenait chez soi.

Les enfants morts nés eux-mêmes étaient portés devant l’autel de la Sainte Vierge, ils recouvraient assez de vie pour être baptisés.

         La chapelle primitive fut reconstruite en 1725 par Louise de Montceaux, épouse de Jacques Ronheau dont le château était à Chavigny.

Cette chapelle en forme de croix latine avait 3 autels et 3 nefs, une cloche et une galerie en pourtour afin d’abriter les pèlerins qui ne pouvaient pas tous entrer dans l’édifice. Et pourtant, il contenait déjà 1.000 à 1.200 personnes.

         A la Révolution, la chapelle fut détruite.

 


Rechercher sur le site :

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres" vous accédez aux dernières pages mises en ligne.