Archéologie


Vers 900 avant J.-C., l’usage du fer pénètre dans l’Aube, sans supprimer celui du bronze : dans les tombeaux des débuts de l’âge de fer, se rencontrent côte à côte, épées de fer et épées de bronze. L’âge du bronze s’étend de 1800 à 900 avant notre ère.   

L’archéologie du Moyen-Age nous donne des détails sur l’antique Augustobona (Troyes). Outre les traces d’occupation gallo-romaine, le sous-sol restitue couramment des objets à usage domestique, décoratif ou culturel, représentatifs d’une période située dans l’histoire, des derniers carolingiens aux abords de la Renaissance.

Rien d’étonnant à cela, si l’on considère le passé médiéval prestigieux de Troyes, capitale de la Champagne et siège des grandes Foires qui firent sa renommée et sa prospérité. Il n’est donc pas de semaines où, sur un chantier de construction, n’apparaissent, à la suite de profonds terrassements, un puits à eau, un puits-silo, une cave remblayée, véritables réserves archéologiques où le chercheur puise avec avidité.

Nous verrons à Isle-Aumont, l’un sur l’autre, un site néolithique, une fortification celtique, un château de bois du haut moyen-âge, un château fort en pierres, un prieuré, une abbaye imposante, puis une église mère de celle d’aujourd’hui, et de plus, des centaines de tombes, avec toute la série des formes de sarcophages usités au cours des siècles, lesquels ont fourni des armes et des joyaux dont certains figurent parmi les plus beaux qu’on ait découverts en France.

La détection aérienne en archéologie a permis d’étudier la densité et la répartition de population aux périodes pré et protohistoriques, ainsi que les sites gallo-romains et barbares.

Le sous-sol de Troyes et de l’Aube n’a certainement pas fini de nous étonner.

En juillet 2014, un vigneron, féru d'histoire est jugé pour avoir pillé des sites archéologiques dans l'Aube. Il est jugé pour " exécution de fouilles archéologiques sans autorisation ", " détention de bien culturel ", " vente de découvertes archéologiques " ! Lors de la perquisition à son domicile ont été trouvés 2.300 objets anciens parmi lesquels des pièces de monnaie, des poteries, des bagues et des colliers. La collection estiméeà plusieurs dizaines de milliers d'euros a été confisquée