Châteaux

Monuments, Eglises, Châteaux...



Château de Saint-Bouin


Source de St Bouin (Cliquez sur image pour géolocaliser)
Source de St Bouin (Cliquez sur image pour géolocaliser)

Il ne s’agit pas d’une forteresse médiévale, mais d’un sanctuaire très antérieur à l’époque chrétienne, dont les principes de construction se trouvent dans la bible : « … Vous me ferez un autel de terre et vous m’offrirez sur cet autel vos holocaustes et vos hosties pacifiques… » (Exode).

         D’après certains auteurs, le mot « château » aurait signifié : endroit sacré et clos où l’homme était protégé par la loi d’un ordre supérieur (on pense aux Maîtres du Monde de Charroux), et devait, de ce fait, s’y rendre sans armes. Le mot « château » a donc perdu aujourd’hui, son sens sacré.

         Le « château » de Saint-Bouin est un sanctuaire en terre, construit à flanc de colline, en bordure de la route de Saint-Mards-en-Othe à Maraye. Il est dans un bois, ce qui a peut-être sauvegardé son aspect, et au bord d’un petit chemin s’ouvrant à droite de la N. 374, à environ 1.500 mètres de Saint-Mards-en-Othe, en allant sur Maraye.

Une ancienne tradition nous apprend que saint Bouin est né dans le diocèse de Troyes. On sait qu’il se retira dans la solitude entre Saint-Mards-en-Othe et Maraye, dans une petite vallée entourée de bois, sur la paroisse de Saint-Mards, auprès d’une fontaine où il construisit sa cellule et sa chapelle. Il y passa un grand nombre d’années dans la contemplation et dans « les exercices de la plus sublime dévotion ». Il se rendit recommandable par ses vertus, par ses miracles et mourut le 29 septembre 570.

En 1145, l’évêque de Troyes, Hatton donna son ermitage aux chanoines réguliers de Saint-Martin-ès-Aires, de la règle de Saint-Augustin qui en faisaient l’office à 9 lectures le 28 septembre.

         Au pied de la colline se trouve une source captée en 1844. Cette source avait la propriété (tout au moins la réputation) de guérir la fièvre et les personnes convalescentes ou atteintes d’indisposition rétives. Quand on s’intéresse à ces sources, on s’aperçoit quelles ont été très souvent, et à des époques très anciennes, le prétexte pour construire un sanctuaire. Plusieurs de nos cathédrales n’échappent d’ailleurs pas à cette règle, malgré son aspect païen.

Le sanctuaire ou « château » de Saint-Bouin se présente sous la forme d’une cuvette circulaire d’environ 53 mètres et entourée d’un fossé dont la terre a vraisemblablement servi à relever les bords d’une plateforme circulaire. Du côté chemin, une partie du fossé a été comblée pour accéder à la cuvette, afin de l’exploiter (environ 20 ares), mais sa mise en valeur a été abandonnée et, seul un maigre taillis y subsiste. La cuvette est légèrement inclinée du côté de la source captée.

         Dans cet endroit, tous les ans, à Pâques, se déroulait un pèlerinage en souvenir de saint Bouin.

         Jusqu’au milieu du XVII° siècle, outre les pèlerinages à la source miraculeuse de saint Bouin, l’ensemble source-sanctuaire, d’après les histoires racontées aux veillées par les gens âgés de cette époque aurait été le théâtre d’évènements merveilleux et bénéfiques.

        La chapelle, détruite à la Révolution, était à côté de la source. L’efficacité de cette eau n’était assurée qu’à l’endroit de la source surmontée d’une croix. La croix fut enlevée en 1840 et mise sur la route. Les pèlerinages cessèrent au début du XVIII° siècle.

         Les habitants de Saint-Mards, désireux de posséder quelque chose de leur saint, obtinrent de l’abbé de Montier-la-Celle qu’il leur donnât l’os maxillaire inférieur et quelques petits ossements le 2 octobre 1779.

Chaque année, ces reliques étaient portées en procession à l’église paroissiale, à l’emplacement de l’ermitage, et les vieillards du siècle dernier se rappelaient encore la pompe extraordinaire déployée en 1788.

Cachés pendant la Révolution, ces précieux restes furent authentifiés le 17 février1834.

On fait mémoire de saint Bouin à la Toussaint de Troyes, le 8 novembre.

 

 

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

Rechercher sur le site :