Monuments, Eglises, Châteaux...


Les Châteaux de l'Aube


Le Château du Champion en Forêt d’Othe  


Cliquer sur image pour géolocaliser
Cliquer sur image pour géolocaliser

Dans mon site, je ne parle pas que des châteaux existants, mais aussi de ceux qui sont disparus, car ils  appartiennent à notre passé.

Au cœur du pays Othéen, sur le territoire communal de Saint-Mards, des hameaux de Prédaisy et de la Guinand, les bois du « Champion », ferment la rive occidentale du département de l’Aube.

La Guinand : c’est le mystère des eaux souterraines.

Des mystères sont à éclairer, touchant à l’existence du « Château du Champion ».

         La population de la région garde le vague souvenir de l’existence en ces parages, d’un ancien château dont les vestiges auraient disparus en plusieurs étapes, aux XVIII° et XIX° siècles, démolis et réutilisés comme matériaux par les habitants de la contrée, qui en auraient alors disposé pour leurs besoins.

Ainsi aurait disparu le « Château du Champion ».

Ces faits sont relatés dans des documents de la mairie de Saint-Mards.

         De quelle construction s’agit-il ? Aucune trace sur la surface actuelle du bois du Champion, tel que le comprend le cadastre, d’un château édifié avant la Révolution française, n’a pu être retrouvée, aucun vestige d’acte authentique, malgré les investigations pratiquées dans les archives municipales et celles du tabellionage de la région.

         Cependant, dans la partie orientale des bois du Champion s’observent visibles à fleur du sol,  des dépôts ou des substructions que l’on peut voir durant la saison d’hiver, à l’ouest d’une importante dépression formant un grand fossé en équerre. Il s’agit d’un ensemble occupant la superficie d’un quadrilatère rectangulaire orienté approximativement Nord-Ouest sur son grand axe, bordé au Nord et à l’Est par ce profond et large fossé en équerre.

A l’Ouest et au Sud, pas de fossé, mais la présence, front Ouest, d’une sorte de petit talus de 60 mètres environ de longueur sur près de 3 mètres de large, constitué par un support de décombres, vieux mortier de  chaux grasse et d’argile, silex tout venants et bricots de 2 époques, reconnaissables par leurs différences d’épaisseur, leurs couleurs et consistance.

         De l’autre côté du grand fossé en équerre, à l’extérieur : berge haute et talus, vestiges de divers travaux, anciens mouvements de déblais, apports de silex.

En 1954, une démarche fut faite auprès de Monsieur Fimbel, Directeur de l’Ecole d’Agriculture de Sainte-Maure, pour prêter son concours sur place, afin de travailler, dans les conditions requises, aux opérations de dégagement et sondages des substentions supposées, en vue de solliciter l’exécution de recherches plus importantes s’il y avait lieu.

Ces sondages furent soigneusement engagés :

1) Dégagement des anciens parements des murs supposés dans des emplacements déterminés.

2) Exécution de petites tranchées pour retrouver le mur du front sud.

3) Déblaiement des emplacements simulant des tourelles (angles nord-est et sud-ouest du front ouest). Aucun parement ne fut retrouvé.

         L‘emplacement désigné sous l’appellation de « Château du Champion » a vraisemblablement été occupé dès la fin du XVI° siècle ainsi que le prouvèrent les bricots de couleurs diverses : jaune paille, brun uniforme, brun violacé, brun ferrugineux, plats de  36 à 38 millimètres d’épaisseur, dont certains demeurent inclus à un mortier de terre cuite pilée et chaux grasse.

         Du XIX° siècle : des bricots en terre ferrugineuse de cuisson médiocre, dite de la Forêt d’Othe, de 55 millimètres d’épaisseur, dont certains avec mortier adhérent. Des silex noirs, d’autres non éclatés, en rognons, ayant, pour la plupart, gardé leur enveloppe ou cortex.

La nature de l’exploitation n’étant pas, à l’origine, une extraction de l’argile, cette matière fut utilisée pour colmater les parois de l’excavation, ce qui créa des bassins. Les bassins naturels transformèrent la clôture sur 2 faces et servirent pour le bétail !

L’exploitation a dû fournir suffisamment de silex et d’argile pour construire (environ 1.000 m3 fouillés) dont 50 % utilisables pour bâtir, l’opération était ainsi terminée. Elle a dû être précédée par la création de la mare qui existe encore au nord-ouest.

         Le Bois du Champion a sans doute été un domaine agricole, mais il n’a probablement jamais dû abriter une forteresse.

         La mare est sans doute d’origine préhistorique.

 

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

Rechercher sur le site :
Ecusson de St Mards en Othe
Ecusson de St Mards en Othe