Châteaux

Monuments, Eglises, Châteaux...



Château de La Chapelle Godefroy


Charles Joseph Natoire (cliquez sur image pour géolocaliser)
Charles Joseph Natoire (cliquez sur image pour géolocaliser)

La commune de La Chapelle Godefroy (appelée anciennement Chapelle Saint-Michau), est réunie à la commune de Saint-Aubin (qui porta provisoirement le nom de Coquelin, au cours de la Révolution française) en l’an VIII (1832).

Le château de La Chapelle Godefroy est acquis en 1697, par Jean Orry.

Son apparence et ses proportions sont presque modestes. « On sent qu’il n’était pas fait pour des hôtes nombreux ».

Il y a bien la chambre du roi, celle de la reine, celle du premier ministre, celle de l’évêque, mais rien n’annonce qu’on y pratique une grande hospitalité.

 Jean Orry, qui songe surtout à lui, le fait presque entièrement reconstruire en 1706, pour une somme considérable, par l’architecte Jacques de La Joue.

Ami du clinquant de son siècle, il veut de riches lambris, des meubles dorés, des draperies chatoyantes, des peintures à effet, du bleu, du rose, des dieux, des déesses, des amours, des nymphes…

         Son fils, Philibert Orry, contrôleur des finances de Louis XV, fait décorer ce château par un célèbre ensemble de 25 toiles de Charles-Joseph Natoire, qui y travaille pendant 9 ans, et de Watteau. Natoire est Directeur de l'Académie de France à Rome  de 1751 à 1775, il jouit d'une grande autorité dans le monde artistique. Le 30 août 1721, il obtient le Premier Grand Prix de Rome.

Notoire est ce peintre dont l’inspiration s’encadre si bien dans les moulures d’un salon, pour décorer une riante et coquette demeure.

Les jardins surtout, sont délicieux. Ils sont pleins de pièces d’eau, de ruisseaux murmurants, de grottes en rocailles, de bosquets, de charmilles, de ruines antiques, de portiques incrustés de coquillages,

Bien entendu, ce château possède son théâtre, car on raffole alors de comédie, et on la joue à la campagne, aussi bien qu’à Paris. Et il y a des magasins complets de machines et de trucs, et des costumes en si grand nombre, « qu’on eut pu habiller pour longtemps, tous les comédiens de la province ».

A la mort de Philippe Orry en 1747, le château passe à son frère, Jean-Henri-Louis Orry de Fulvy (1702-1751), puis au fils de celui-ci, Philibert-Louis Orry de Fulvy, qui le vend en 1760, à Bouret de Valroche, qui le cède l’année suivante à Jean de Boullongne (+ 1769), qui le lègue à son fils Jean-Nicolas de Boullongne (+ 1787), fils et neveu des grands peintres du même nom.

Le fils de ce dernier, Paul-Esprit-Charles de Boullongne, voit le château saisi en 1792.

Le citoyen Lassertey, administrateur du département de l’Aube, est chargé, durant l’hiver 1792, de sélectionner des œuvres destinées au futur musée de Troyes, qui constitua ainsi une collection unique de 15 toiles de Natoire, une toile de Hubert Robert, 2 de Watteau

Lors de la bataille de Nogent-sur-Seine, en 1814, le château de La Chapelle Godefroy est incendié.

Il n’en reste que quelques vestiges : pavillon, porte d’entrée… dans un immense parc.

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

 

Rechercher sur le site :