Troyes et l'Aube précurseurs

Inventions troyennes



Expositions  sur  l'invention à Troyes



 

Lors de l’Exposition Départementale de 1952 à Troyes, il y a 62 ans, est organisée la première manifestation en faveur de l’invention. Cette initiative est prise par le Comité des Expositions du Travail qui crée en son sein, une « Section d’encouragement à l’invention ».

 

Une deuxième manifestation a lieu à l’occasion de la Foire commerciale de Champagne de 1955.

 

Est alors créée cette même année, par les inventeurs ayant exposé à cette Foire, une association pour défendre l’invention et « promouvoir autant qu’encourager les jeunes dans la voie de la recherche ».

 

Malheureusement, cela ne devait pas durer. C’est pourquoi je vous fais connaître quelques unes des inventions de nos Troyens et Aubois lors de cette exposition de 1955.

 

M. Sauer à Troyes : une canne à antennes pour aveugles. Les antennes dont la canne est munie, augmentent la zone d’exploration de l’aveugle. Celui-ci est automatiquement averti dès qu’un obstacle se trouve dans cette zone.

 

M. Benjamin de Troyes : une remorque pliante, qui remplit les conditions suivantes : grande capacité, légèreté, grande solidité, encombrement très réduit quand elle est pliée, et pouvant faire table. Il met au point également, une remorque monoroue pour scooters, très bien suspendue.

 

M. Chrétien à Troyes : un appareil à dépoter les plantes dans les meilleures conditions de propreté et de sécurité.

 

M. Boulineau à Troyes : un dispositif publicitaire et un coffre distributeur de cigarettes : le dispositif publicitaire rend plus agréable la présentation des annonces tant par son mouvement que par ses couleurs. Une simple manœuvre du coffre distributeur provoque l’évacuation de la cigarette désirée.

 

M. Fèvre à Rilly-Sainte-Syre : perfectionnements d’outils et d’instruments agricoles. Objets présentés : un avant-train porte-outils à relevage automatique permettant l’adaptation de tous instruments hippo, une herse à relevage automatique, un coutre circulaire à rouleau pour enfouir engrais verts, paille, fumier… des rasettes à fumier et une fraise adaptable derrière un tracteur pour pulvériser le fumier.

 

M. Morin à Troyes : Tableau électrique à combinaisons multiples. Ce tableau est destiné aux enfants. C’est un jouet éducatif offrant, par des jeux de circuits électriques, de multiples combinaisons d’éclairage.

 

M. Vigneron à Saint-Pouange : une poudreuse enrobeuse pour les agriculteurs. Elle est destinée au traitement des semences contre les maladies cryptogamiques. Elle se caractérise par un rendement plus élevé que celles qui sont actuellement utilisées (15 à 20 quintaux à l’heure). Elle évite le contact de l’opérateur avec les poussières nocives (arséniates, produits à base de mercure…).

 

M. Lavaud à Troyes : un procédé de fabrication des briques sans cuisson. Le durcissement des briques est obtenu par catalyse chimique, sans cuisson, ce qui par ailleurs supprime l’inconvénient du retrait.

 

M. Borgniat à Saint-Parres-les-Vaudes : un couvre-selle pour cycles et motocycles. Il est constitué par une bande de tissu fixée et enroulée derrière la selle, et peut être immédiatement sorti de sa gaine pour protéger la selle en cas d’intempéries. Il est escamoté immédiatement de la même façon.

 

M. Lambert à Eaux-Puiseaux : une scie circulaire individuelle à travail continu. L’appareil, judicieusement conçu, permet à une personne de scier du bois d’une manière continue et avec le minimum de fatigue.

 

M. Paxion à Lusigny (un ami) : un appareil scie-œufs et un entonnoir à débit réglable. L’appareil scie-œufs (il m’en a donné un), permet de décalotter les œufs durs suivant une coupure très régulière, d’où une présentation agréable appréciée des restaurateurs et des cuisinières. L’entonnoir à débit réglable permet de doser les liquides selon la quantité désirée.

 

M. Caloin à Troyes (père de l’un de mes amis) : une goupille double-tête, un levier démonte-pneu, un porte roue. La goupille double-tête se démonte avec une grande facilité tout en présentant la même sécurité que la goupille à simple tête. Le levier-démonte-pneu évite tout tâtonnement dans le décollage des tringles de pneus et permet ainsi de gagner un temps précieux. Le système qui porte la roue de secours des camions permet, par une simple manœuvre de levier, le transfert à terre de la roue de secours et sa remise en place. Avantages : rapidité, propreté, aucun effort.

 

Hors concours sont présentées des serrures ultra modernes fabriquées par les Etablissements Vachette. Ces serrures aux multiples combinaisons, malgré leur simplicité technique, se prêtent par ailleurs à un montage extrêmement rapide.

 

Peut-on douter, après la lecture de ce tableau, de la vitalité de l’invention dans le département de l’Aube et de l’intérêt qu’elle peut présenter ?

 

Ces inventions ne tendent-elles pas à rendre la vie plus agréable, à simplifier nos efforts, à nous faire gagner un temps précieux et à nous épargner de multiples servitudes ?

 

Qui remettra sur rail ces expositions pour défendre l’invention et de promouvoir autant que d’encourager les jeunes dans la voie de la recherche ?

 

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

 

Rechercher sur le site :