Le département



Les églises en bois


Dans notre région de « Champagne humide », manquant de pierres, mais riche en forêts, les charpentiers, constructeurs des habitations et des bâtiments agricoles ont réalisé des églises en bois. Les mieux conservées se trouvent principalement dans l’Aube.

 

           Que reste-t-il actuellement de ces constructions datant de 400 ans ?

 

           Nous allons les classer en 3groupes, basés sur la construction de leur nef : Nef simple, sans collatéraux ou bas-côtés. Des fermes, analogues  à celles d’un hangar, supportent un toit à 2 versants. Entre les poteaux verticaux, une paroi telle que celles des habitations, mais percée de baies analogues à celles des églises de pierre.

 

Nef avec 2 collatéraux, couverte par un toit à 2 versants. L’éclairage vient seulement par les baies de la paroi des collatéraux. L’intérieur de la nef est relativement sombre.

 

Nef avec 2 collatéraux, mais un toit à 2 versants au-dessus de la nef, et, plus bas, un toit en appentis au-dessus de chaque collatéral. La clarté extérieure pénètre par les baies du haut des côtés de la nef, et par celles des collatéraux.

 

Lentilles : l’église sous le vocable de Saint-Jacques et de Saint-Philippe date du XVI° siècle. Classée monument historique, très bien entretenue extérieurement, agrémentée de sa flèche élancée et de son porche, elle mérite un long déplacement pour venir la contempler. Toutes les charpentes sont apparentes. La paroi haute de la nef est percée de fenêtres en plein cintre, et autour du chœur et de l’abside de 5 fenêtres rondes qui conservent des vitraux anciens. La façade ouest est garnie d’un porche à 5 travées, portant au centre une statue en bois, Saint-Jacques. Au-dessus, cette façade est garnie d’essences de châtaignier fendu, plaquettes rectangulaires qui se clouent comme des ardoises. La flèche est également recouverte d’essences. Un très beau poinçon en plomb domine le pignon de la façade.

 

Bailly-le-Franc : cette église est presque sœur de la précédente, sous le vocable de « La Sainte-Croix en son exaltation », inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Toutes les pièces de bois sont apparentes. Le vitrail « La Vierge de Pitié », du XVI° siècle est classé. 

 

Longsols : l’église, sous le vocable de Saint Julien et de Saint Blaise, est inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques. Entièrement en bois, elle date de la seconde moitié du XV° siècle. En forme de croix latine, avec un sanctuaire rectangulaire, la nef, chaque bras du transept et le chœur se terminent par un pignon. Tout l’extérieur est crépi. Un porche de 5 travées occupe la façade ouest, en bas de la nef. Une flèche polygonale très importante s’élève sur les 2° et 3° travées de la nef.

 

Morembert : l’église Saint-Jean-Baptiste est un petit édifice de 12 mètres de long sur 6 mètres de large et 1,50 mètre de hauteur. Elle se trouve au milieu du cimetière, sous des sapins. Ce petit édifice, surmonté d’un clocher carré, percé d’une baie sur chaque face et coiffé d’une flèche octogone, ne manque pas de charme. Les fonts baptismaux de la Renaissance sont remarquables.

 

Dommartin-le-Coq : l’église Saint-Martin a été construite en bois au XVI° siècle. Au XVII° siècle, la nef, sauf la travée joignant le transept, a été re construite en craie, et au XX° siècle, le transept nord a été reconstruit en pierres dures.

 

Pars-les-Chavanges : l’église Saint-Hubert, en pierre, date du XII° siècle. Son plan est rectangulaire, avec une abside à 3 pans. Au XVI° siècle a été construit en bas de la nef un prolongement en bois d’une travée, précédé d’un porche. Il ne s’agit donc ici que d’une petite partie de l’édifice. Un vitrail représentant le Christ en croix, Saint-Hubert et Sainte-Tanche daté de 1509, est classé. 2 belles statues en, bois : une Vierge à l’enfant et un Saint-Hubert à cheval, sont remarquables.

 

Saint-Léger-sous-Margerie : l’église Saint-Léger est du XVI° siècle, entièrement en bois. L’extérieur est crépi, sauf le transept, le chœur et l’anside à 3 pans dont les bois restent visibles. 1 vitrail représentant le Christ en croix entre la Sainte-Vierge et Saint-Jean est classé.

 

Drosnay : l’église, sous le vocable de « L’Assomption de la Vierge Marie », présente le long de la route son côté sud entièrement crépi, tandis que le côté nord et l’abside ont conservé les bois apparents. 2 petits porches, l’un l’ouest, l’autre au sud. Une tour carrée surmontée d’une flèche octogonale se dresse sur la sixième travée de la nef, qui en compte 7.

 

Mathaux : l’église Saint-Quentin a été construite en 1761 ; pour remplacer l’ancienne qui était irréparable. Un petit clocher carré, garni d’essences de châtaigner anciennes se dresse au-dessus de la nef, sur la façade ouest. L’intérieur, très vaste, conserve son aspect primitif, son plafond de bois sur tout l’ensemble. La première pierre a été posée le 10 août 1761. La grille du chœur : fer forgé, ornements de cuivre doré, XVIII° siècle, est classée.

 

Perthes-les-Brienne : l’église Saint-Denis est en bois et date du XVI° siècle. Un porche d’une travée se trouve contre la façade ouest, un petit clocher au-dessus de la première travée de la nef. Extérieurement un crépi cache les pans de bois, mais à l’intérieur, cette petite église a conservé toute sa simplicité rustique. De très belles statues anciennes en bois, peintes de couleurs vives. Il reste quelques vitraux du XVI° siècle, classés.

 

Soulaines : placée dans le jardin d’une propriété privée, mais d’accès libre vers la route, l’église a une petite flèche couverte d’ardoises, son porche de bois ouvragé est couvert de tuiles, mais il y a son crépi extérieur.  Seule la base des murs est garnie de tavillons de bois. L’intérieur est voûté en berceau. Grâce à la facilité de son chauffage, et à sa proximité du presbytère, cette chapelle est utilisée tout l’hiver pour les offices, le catéchisme…

 

L’église de La Loge-aux-Chèvres a été détruite avant 1911, la Chapelle Saint Gilles à Troyes a été détruite en 1940. Epothémont, partiellement en bois, est entièrement crépie ou plâtrée. Juzanvigny, dont le bas de la nef est en pierre, le chœur et la partie voisine de la nef en bois, est entièrement crépi.

 

 

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

Rechercher sur le site :