Monuments, Eglises, Châteaux...



L'Eglise Saint-Remy


liquez sur image pour géolocaliser
liquez sur image pour géolocaliser

L’église Saint-Remy est une des plus anciennes églises de Troyes, une paroisse-mère.

Située près de la porte de Comporté (Preize), et déjà paroisse au X° slècle, l’église actuelle bâtie vers le milieu du XIV° s., modifiée aux XV° et XVI° s., est reconnaissable à sa flèche vrillée de 65 mètres, en ardoise bleue, qui surplombe le clocher.

Elle mesure 42 m. de long avec un transept de 33 m. et une nef de 19,50 m.

Sur la façade sud, un très beau cadran solaire du XVIII°, où sont représentés saint Remy et sa mère, sainte Célinie, 2 anges tenant l’un une colombe, l’autre un flambeau, l’écu de France et le blason de Mgr Cortet, évêque de Troyes à l’époque de la restauration, porte l’inscription en latin : "  Nos jours sur la terre passent comme l’ombre ".

St Remy est riche de nombreuses œuvres d’art dont le principal auteur est notre peintre Jacques de Letin, né dans cette paroisse, et le plus célèbre peintre de Troyes du XVII° siècle ! Comme tous les artistes de l’époque, il séjourna à Rome entre 1622 et 1625, époque où la peinture sur toile fait place à la peinture sur bois. De retour à Troyes, Jacques de Letin remplit de ses vastes toiles les églises de notre ville et de ses environs.

L’église possède 6 de ses œuvres, classées monuments historiques.

Vous pouvez admirer un bel ensemble de 24 tableaux, de peintures sur bois (polychrome et grisaille) du XVI° siècle, représentant des scènes de la Vie de la vierge et de la Vie de saint Remy.

Notre sculpteur François Girardon, né lui aussi dans cette paroisse, a réalisé entre autres, le célèbre Christ en bronze du maître-autel, prêté pour plusieurs expositions à Paris et à l’étranger.

On trouve dans l’église des reliques de sainte Mâthie, née à Troyes, dès les premiers temps du christianisme, vierge et patronne de notre ville, fille d’un " gouverneur de la ville de Troyes et de tout le pays des tricasses ".

Reliques également de notre grand saint Bernard de Clairvaux.

En 1248, le curé de Saint-Remy décide que les Cordeliers " ne confesseraient aucun malade de la paroisse de Saint-Remy, sans que préalablement le curé ou ses vicaires n’eussent entendu le malade dans sa confession et sans que les Cordeliers en eussent reçu la permission ".

En 1435, un bande de pillards ruinent Troyes et ses environs. La misère est telle que la paroisse de Saint-Remy " vend pour la grande nécessité de l’église, un calice moyennant 8 livres ".

En 1561, un apothicaire dénonce les soit-disant miracles de la Belle-croix devant la mairie. Il est pillé, " un jeune homme coupable est pendu, arraché de la potence donnant encore des signes de vie. Il est transporté dans l’église Saint-Remy, où il est saigné. Il meurt le lendemain et son corps est inhumé dans l’église ".

En 1562, des protestants " brisent des images au cimetière de Saint-Remy ".

En 1706, les compagnons tisserands se constituent en communauté en l’église Saint-Remy.

Pour cause d’insalubrité, le cimetière jouxtant l’église, est " transféré au faubourg de Preize " en 1778.

Pendant la Révolution, l’église est transformée en magasin de subsistances et en atelier de salpêtre.

En 1792, bien qu’assermenté, le curé résiste à l’arrêté de suppression du culte, et alors qu’il s’apprête à chanter la grand’ messe, il est emmené au comité. Mais un grand nombre de paroissiens l’y rejoignent en protestant : il revient à l’église et officie !

En 1793, le plomb du clocher est enlevé, en spoliation, et en 1796, la maison des sonneurs de Saint-Remy transformée en école primaire.

Après la mort de Robespierre et la loi de 1795 sur la liberté des cultes, l’église est rouverte au culte, mais le maire et l’inspecteur des Domaines, procédant par surprise, s’enferment dans l’église et font l’inventaire.

A la fin du XIX°, le clocher menace ruine et en 1884, la municipalité décide de le faire démolir. Après une protestation générale, il y a une souscription et l’Etat intervient, pour faire exécuter les travaux.

La flèche a été entièrement refaite en 1950.  

St Remy est classée monument historique en 1908.

L’implantation du parking souterrain du marché a nécessité une consolidation des fondations qui a été effectuée au moyen de micro-pieux par injection de ciment sous pression à une profondeur de 20 mètres.

Pour les Troyens, Saint-Remy fait penser au marché, principalement " aux puces " du samedi !

 

 

 

Rechercher sur le site :

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.