Scandales



Le Grand Magic Circus


Je suis à l’origine d’un scandale à Troyes !

Des pétitions m’ont été adressées à la Mairie, signées par plus de 400 personnes (avec copie au Procureur et au Maire).

Presque tous ces signataires sont encore vivants, j’en connais beaucoup, j'en rencontre certains régulièrement, mais avant de publier ce chapitre, je ne leur en ai jamais parlé  !

Qu’ils ne craignent rien, je ne publierai pas leurs noms, bien que j’en aurais le droit, puisque ces courriers m’étaient adressés personnellement et de plus en lettre ouverte ! ! !

Certains peuvent peut-être se reconnaître : Claire, Véronique, Elisabeth, Evelyne, Gina, Sabine, Nicole, Christiane, Suzanne, Annie, Marie-Claude, Martine, Hélène, Françoise, Emmanuelle, Lucienne, Guy, André, Pascal, Jean-François, Claudine, Philippe, Odile, Jean-Marie, Pierre, Bernard, Charles, Jean, Paul, Marie-Louise, Madeleine, Roland, Anne-Marie, Chantal, Catherine, Renée, Emile, Marie-Noëlle, Maryse, Gisèle, Roger, Agnès, Anne, Marguerite, Claude, Andrée, Simone, Henri, Bernard, Hubert, Lydie, Pierre, Maurice, Jacques, Jean-Claude, Marie-Rosalie…

S’en souviennent-ils ?

Le regrettent-ils aujourd’hui ?

M’en parleront-ils maintenant après la parution de ce chapitre?

Voici le texte de la pétition, tapé à la machine, et tous les doubles avec du papier carbone, difficilement lisible, avec les mêmes fautes. Sur chaque, le jour n’est même pas inscrit ! : " Troyes le … mai 1973. A Monsieur Jacques Schweitzer, Maire-Adjoint de la Ville de Troyes. Après le spectacle de Magic-Circus, celui du film  Le dernier tango à Paris, qui a tenu l’affiche six semaines, on parle d’un autre film plus scandaleux encore, qui doit être projeté dans les salles de Troyes. Les habitants de Troyes " adultes et jeunes " sont-ils plus amoraux que ceux des villes de Tours et de Rouen dont les municipalités rejettent ce qui risque de détériorer le climat moral de leurs villes ; nous nous demandons jusqu’où va aller cette dégradation et vous serions très reconnaissants à vous qui êtes le principal responsable de la jeunesse troyenne de nous dire quels sont les moyens que vous envisagez pour arrêter cette " hémorragie d’immoralité ». Pour nous faire entendre faudra t-il descendre dans la rue avec des banderoles ?… Veuillez agréer, Monsieur le Maire, nos sentiments distingués ".

Voici l’origine de ce "scandale" :

Après avoir créé l’Office Municipal des Sports et de la Jeunesse en 1965, j’ai créé les " Expos-Jeunesse ", la première en 1971, puis renouvelée tous les 2 ans.

Ce fut de suite un grand succès, la presse (l’Est-Eclair, Libération Champagne, L’Union, Troyes 120.000, Aube-Contact…), soutenant cette action, avec des pages entières de textes et photos, même 1ère page en couleur (pour la 1ère fois à cette époque) ! 50.000 jeunes et adultes passaient en 3 jours à la Foire de Champagne, 182 stands occupés par 118 associations dans les 3 grands halls… Pour l’Expo 73, je voulais faire un plus. Ayant lu dans la presse (le Figaro, le Monde, L’aurore, l’Express, le Canard enchaîné…) des compte-rendus très positifs sur la troupe de Jérôme Savary : au Canada, invité au Festival Underground de Toronto, étape importante à New York, jouant à Central Park, Rome, Vienne, Berlin, Londres (5 semaines au Roudhouse, 25.000 spectateurs), puis en France dans les Universités, à Toulouse (8.000 spectateurs), Bordeaux (11.000 personnes), Lille (6.000)… les tournées succédant aux tournées. J’apprends que Mulhouse doit recevoir Jérôme Savary. Je demande aux directeurs de nos journaux, d‘aller voir " Derniers jours de solitude de Robinson Crusoé ", afin qu’ils me donnent leurs avis.

A leurs retours, à l’unanimité, ils sont enthousiastes. Voici quelques extraits de leurs articles, que vous pouvez retrouver in extenso dans les journaux de l’époque (et en photocopies ci-dessous) : " L’Expo 71 avait été une grande réussite, l’Expo 73 sera un triomphe. A ce pronostic optimiste, n’est pas étranger la venue, samedi et dimanche de la troupe du Magic Circus. Le Magic Circus, c’est la fête retrouvée, l’imagination et le rire au pouvoir, la joie de vivre remise au goût du jour, le refus de la laideur et de l’hypocrisie, ce sera dimanche soir l’apothéose de ces trois jours, le symbole éternel de la jeunesse… Pour couronner le tout, la présence du Grand Magic Circus, avec dimanche après-midi, l’animation gratuite avec les jeunes de 8 à 15 ans… et samedi et dimanche soir, la représentation pour les adolescents et les adultes. Nous espérons que vous pourrez tous voir ce théâtre non conventionné et non conventionnel, qui refuse des places partout où il passe, qui apporte quelque chose de si nécessaire aujourd’hui à l’homme, qui ne sait plus communiquer en raison de ce que l’on peut appeler métro, boulot, télé, dodo, et qui, là, participe à la fête dans une atmosphère d’extraordinaire gaîté, de véritable communion avec le Magic Circus… Magic, alors ça, vous allez être servis, les petits amis !… sans la moindre affiche, ils ont réussi à faire venir ce soir-là au Palais des Sports de Mulhouse, 3.000 personnes, un enthousiasme indescriptible, les places prises d’assaut, une extraordinaire atmosphère de gaîté, partagée par les individus les plus divers qui soient sur le plan de l’âge ou celui de la fortune… Epoustouflant ce Grand Magic Circus ! A dire vrai, nous n’en sommes pas encore revenus… Avec le Grand Magic Circus, nous avons passé une soirée gaie et pleine de trouvailles. Nous avons découvert un nouveau théâtre qui se regarde avec simplicité, comme on admire un feu d’artifice, tous ensemble le nez en l’air… Nous avons gardé le meilleur pour la fin. Eh ! Oui ! Cette année les organisateurs d‘Expo Jeunesse se sont dépassés : Le Grand Magic Circus sera dans nos murs !…". Ce n’est qu’un résumé de tous les articles.    

Je retiens donc Jérôme Savary pour 2 séances.

Avec le Ministre-maire Robert Galley, j’accueille le vendredi 9 février 1973, le Ministres des Sports, le Président du Comité National Olympique et Sportif, les Directeurs Jeunesse et Sport régional et départemental, les présidents de Fédérations Nationales, des champions nationaux comme Henri Pescarolo vainqueur des 24 heures du Mans, et bien entendu, toutes les autorités départementales, préfet, députés, sénateurs, président du Tribunal de grande instance… et même 17 médaillés olympiques et champions de France.

Robert Galley dès le lendemain de l’inauguration, reçoit en gage de satisfaction et de remerciements pour l’organisation de l’Expo-Jeunesse 73, un télégramme  signé du Secrétaire d’Etat à la Jeunesse et aux Sports, du Directeur National de l’Education Physique et des Sports, du Président du Comité National Olympique et Sportif : " D’abord surpris, puis enthousiasmés, nous voulons vous dire nos remerciements pour nous avoir permis de vivre cet après-midi exaltant et enrichissant. Nous vous demandons de bien vouloir transmettre à tous ceux qui ont été les artisans à quelque niveau que ce soit, notre reconnaissance pour tout ce qui a été réalisé… Nos remerciements à M. Jacques Schweitzer dont nous avons apprécié l’enthousiasme et la grande qualité d’organisateur ".

Ce fut donc pour moi "une douche", lorsque le Maire me remit ces pétitions. Il m’accorda tout son soutien, comme je reçus celui de la Direction de la Jeunesse et des Sports, du Préfet, et même… de l’évêque ! Sans compter celui de la presse, dont voici quelques extraits : "…un tollé d’imprécations qui montaient des chaumières lorsque, après cette date mémorable, il fut possible d’évoquer, à la veillée, le "scandale" du Grand Magic Circus… Pensez donc, à un moment, une femme, un homme nu circulait…de mémoires de spectateurs, ça ne s’était jamais vu à Troyes. Et de vitupérer l’organisateur qui avait osé donner un tel spectacle… sans songer un seul instant que la jeunesse, c’est d’abord et avant tout des garçons et des filles de 17 à 25 ans, parfaitement pubères, libres de choisir le spectacle de leur goût et fort peu soucieux, en outre, de reprocher à papa et maman d’aller en douce à Paris se rincer l’œil à Hair et Calcutta !… tout compte fait, il n’y avait pas de quoi fouetter un chat… En bref, l’indignation de quelques uns succédait à l’enthousiasme des autres, et l’idée nous vint de recueillir l’avis de quelques uns parmi les spectateurs présents, mais ceux-là seulement, et pas ceux à qui "on" avait dit que… Et surtout pas ceux qui, sous prétexte de la sacro-sainte morale, avaient déposé une pétition auprès du Procureur, et qui, secrètement, espéraient voir interdire les représentations… la liberté d’expression est un bien précieux auquel il convient, envers et contre tous, de demeurer très attaché. Nous avons en ce qui nous concerne, trouvé le spectacle excellent… Plus de 2.000 personnes ont vu le Magic Circus à Troyes, c’est tout dire ! Rien n’est scandaleux, lorsqu’on le regarde sans préjugés. Les tabous, c’est bien nous qui nous les créons…et sans raison…Plus de 60.000 personnes sont allées sous les halls du Boulevard de Belgique. "Scandaleux" ont dit  les détracteurs puritains ! Le Grand Magic Circus est passé par Troyes et plus rien n’est pareil. D’autres spectacles risquent de nous paraître bien fades, bien conventionnels… Il n’y a rien à ajouter, sinon attendre 1975…". Même Le Monde du 26 avril nous a fait un grand article, titré : " Un grand besoin d’être informé. Expo Jeunesse, premier salon en France…".

Copainville réunit son Conseil d’administration (dont je fais partie), le 17 mars, et m’adresse ce courrier : " Ce matin, au cours du C.A., vous avez évoqué les lettres apeurées, scandalisées, de certains concitoyens face au spectacle donné par le Magic Circus… Avec Yves, qui est prêtre, et lui avec nous qui sommes de toutes idées, nous vous remercions d’avoir PERMIS, comme nous nous y efforçons nous-mêmes à Copainville, ce lieu de " LIBRE-EXPRESSION "… Comme Nous, excusez ceux qui ont écrit  parce que on leur avait dit que… ", mais qui n’ont peut-être pas eu le loisir d’assister, comme nous, à ce spectacle, ou auxquels l’âge ne permet peut-être plus de voir avec des " Yeux Neufs ", quand il n’y a pas de quoi fouetter un chat. Nous sommes désolés pour vous, mais comme nous ne voulons pas évoquer qu’ils sont peut-être de ceux qui aiment se "Rincer l’œil ", loin de Troyes, en douce… Non ! Avec un grand éclat de rire, relancez leur la devise de Copainville (qui est aussi la vôtre) : " Bien faire et laisser braire ". Voilà, c’est tout ".

Europe 1 a interrogé des jeunes et donné leurs réactions : " … Le Magic Circus c’est avant tout quelque chose qui change, qui montre que l’on peut faire quelque chose qui n’existait pas avant. Il faut avoir envie de changer les choses… ". Il en a été de même de R.T.L., qui avait un stand à l’intérieur de l’expo.

J’ai reçu aussi de nombreux témoignages de soutien de la part de directeurs de CES, prêtres, professeurs, instituteurs, de la F.O.L….

Bien entendu, à la première réunion du Conseil municipal qui a suivi, un collègue a évoqué la pétition reçue. J’ai donné les compte-rendus positifs de la presse, de Copainville, et Robert Galley (le libéral) a clos la discussion.

En février 2006, Jérôme Savary est revenu à Troyes se produire au Théâtre de la Madeleine. Je l’ai rencontré en coulisses, et lui ai appris ce qui s’était passé 33 ans avant ! Il m’a aussitôt dédicacé la petite affichette de 1973, en mettant " Tu es le meilleur. Bravo Jacques ! ". La presse locale a reproduit cette photo avec pour titre : " En 1973, Jérôme Savary choquait les bourgeois troyens… Heureusement que le ridicule ne tue pas ! A relire le texte de la pétition qu’avaient fait circuler des membres de la bonne société troyenne après la prestation du Grand Magic Circus, en février 1973, on ne peut s’empêcher de pouffer. Jacques Schweitzer, alors maire-adjoint chargé du sport et des jeunes se rappelle bien cette histoire… Le spectacle de Savary, qui de nos jours ne choquerait même plus une assemblée de premiers communiants... ".

Je me suis fait plaisir en relatant ce… scandale !

Vous comprenez maintenant le pourquoi de ma devise:" Bien faire et laisser braire " !!!

 

P.S. : j'apprends ce jour 5 mars 2013 le décès de Jérôme Savary. Repose en paix ami !

Merci à Rodolphe Laurent, journaliste à l'Est-Eclair à qui je dois la photo ci-dessous

 

 


Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.