Guerres et occupations



Entrée des coalisés dans l’Aube en 1814  


 

«  Piller, brûler, violer, c’est le droit de la guerre ». (Journal des débats du 25 février 1814).

 

         Les alliés, avant de franchir notre frontière, avaient déclaré dans leur manifeste contre l’Empereur, daté de Francfort, le 1er décembre1813, qu’ils ne faisaient pas la guerre à la France, mais à lui seul.

 

On attestait au peuple que les troupes étrangères conserveraient en France la plus stricte discipline, qu’elles ne recevraient de l’habitant que le logement et les vivres, que le plus petit oubli, la moindre vexation de la part du soldat, seraient à l’instant réprimés et sévèrement punis, que chaque citoyen, quel que fut son état, était en gagé à ne pas interrompre ses travaux, au contraire continuer de s’y livrer avec sécurité, et enfin mille autres belles promesses plus insinuantes et plus persuasives les unes que les autres.

 

Mais à peine le territoire français  fut-il violé, et sa frontière franchie, que bientôt les rapports les plus alarmants se répandirent sur le mépris qu’ils faisaient de toutes leurs promesses perfides et mensongères et sur l’indigne conduite que tenaient envers les malheureux habitants, soldats, officiers et généraux.

 

On n'entendit plus parler que de l’horrible effroi que jetaient les alliés partout où ils pénétraient, que de l’indigne traitement, des cruelles vexations qu’ils faisaient éprouver.

 

Les troupes étrangères portaient avec elles la désolation, le fer et la flamme, qu’elles se livraient avec une féroce brutalité aux plus odieux excès, au pillage, au meurtre, à l’incendie, enfin au viol, sans distinction,  sans respect d’âge ou d’infirmités.

 

         Bar-sur-Aube et Bar-sur-Seine furent les premières villes du département qui éprouvèrent les faveurs tant vantées de la coalition armée.

Rechercher sur le site :

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne