Autres célébrités


Pierre, Charles SIMART


Pierre, Charles Simart naît à Troyes, rue Saint-Jacques (rue Kléber aujourd’hui), au foyer d’un menuisier, le 27 juin 1806.

 

Son père l’envoie dès 6 ans, à l’Ecole Municipale de Dessin.

Il travaille avec son père, de 13 à 16 ans, se livrant à la sculpture dans son grenier.

 

En 1823, le Conseil Municipal de Troyes, grâce au peintre écrivain Paillot de Montabert, lui fait une pension de 300 fr pour l’aider à étudier la sculpture.

Il entre à Paris dans l’atelier de Desboeufs, et devient l’élève de Dupaty, puis le compagnon de travail de Du Seigneur.

Entré aux Beaux-Arts, il devient vite " un des élèves qui sont l’espoir de l’école ", et le Conseil Municipal porte sa pension à 400 fr.  

 

Le conseil de fabrique de Saint-Pantaléon lui commande 4 modèles de bas-reliefs de bronze : la Foi, l’Espérance, la Charité et le Libéralité.

Mise sous les yeux du roi, par un puissant protecteur aubois, cette œuvre vaut au jeune artiste, une gratification de 500 fr, et le ministre de l’Intérieur lui confie l’exécution d’un buste de Charles X destiné à la ville de Troyes.

 

Simart travaille à une statue de la nymphe Coronis blessée à mort. Cette gracieuse statuette est présentée au salon de 1831, en même temps que le buste en marbre d’une noble dame troyenne, et un médaillon figurant la Ville de Troyes.

 

Simart est encouragé par le fameux Ingres, qui dit de lui : " Enfin, nous avons un statuaire en France, vous avez ressuscité l’art grec ".

  

En 1831, il remporte le second grand prix de sculpture de Rome, et le premier en 1833, avec un relief ayant pour sujet Le Vieillard et les enfants.

 

Il sculpte La Pallas, un Oreste poursuivi par les Euménides, et sa fameuse restitution en or et ivoire de la Minerve du Parthénon.

 

On lui décerne une médaille de 1ère classe à l’exposition de 1840, et son Oreste est acheté par l’Etat.

 

Simart est connu pour les décors qu’il a réalisés à l’hôtel de ville de Paris, commandé par l’Etat : L’architecture et la Sculpture.

 

Il réalise aussi La Justice et L’abondance, deux géants, installés à la Foire du Trône, La Vierge et le divin enfant, qui sont toujours à la cathédrale de Troyes...

 

Mais surtout, de 1846 à 1852, on lui confie " l’œuvre la plus éblouissante du siècle ", la décoration du tombeau de Napoléon 1er aux Invalides, qui célèbre le gouvernement intérieur de Napoléon, qui fut un grand conquérant et un législateur avisé. Il sculpte d’abord une imposante statue laurée de l’Empereur, en grand apparat, sceptre en main, couvert d’un manteau semé d’abeilles et sanglé du Grand Cordon de la Légion d’Honneur, qui se dresse en face de l’auguste sarcophage de porphyre, et que le monde entier a admirée, puis il compose les dix-neuf bas-reliefs allégoriques.

 

Il sculpte aussi La Création de la Cour des Comptes, La Centralisation Administrative, L’hydre de l’Erreur, de la Fraude et de l’Imposture terrassée par la rayonnante Vérité financière...

 

On lui doit la Vierge à l’enfant, en marbre blanc, qui, dans la Cathédrale, surmonte la chapelle centrale de l’abside. Selon le critique Bergougnoux, " elle représente l’art chrétien dans sa plus touchante expression ".

 

Il est nommé membre de l’Institut, Académie des Beaux-Arts, en 1852.

 

A l’exposition universelle de 1855, il est décoré d’une médaille de 1ère classe pour la statue de Minerve du Parthénon.

 

Pierre, Charles Simart décède à Paris, le 27 mai 1857, victime d’un stupide accident de la circulation, étant tombé d’un omnibus.

 

Parmi ses élèves, on peut citer : Emilien Cabuchet...

La Poésie épique, La Philosophie, statues de marbre, sont à Paris, jardin du Luxembourg, bibliothèque du Sénat ; Oreste réfugié à l'autel de Pallas, est au musée des Beaux-Arts de Rouen.

         Depuis le 2 mars 1868, une rue du Quartier Bas porte le nom de Simart.

   Une rue du 18° arrondissement de Paris porte aussi son nom.

 

 

Le Tombeau de Napoléon 1er aux Invalides
Le Tombeau de Napoléon 1er aux Invalides

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

Rechercher sur le site :