Les communes auboises



Seigneurie d’Allibaudières


 

Il était de règle en droit féodal qu’aucun château ne pouvait être construit dans un fief sans le consentement du suzerain de qui ce fief était tenu. C’est ainsi qu’en 1230, Erard de Brienne, seigneur de Ramerupt, est autorisé par le comte de Champagne à établir à Bagneux-la-Fosse une forteresse ceinte de murs et de fossés, mais si le comte de Champagne rentre en guerre avec le comte de Nevers et que celui-ci veuille s’en servir contre celui-là, Erard devra la détruire. Le permis de construire, en ce qui concerne Allibaudières, est accordé au mois de mars 1234. Il est convenu que la forteresse sera tenue en fief du Comte de Champagne et lui sera jurable et rendable à grande et petite force, excepté contre le seigneur de Dampierre de qui la terre est tenue. Il est précisé en 1239, que le château dépendra de la châtellerie de Sézanne. Aucune condition de construction n’est imposée. Le château était construit sur une plateforme carrée de 98 ares, entourée de fossés couvrant 79 ares, ce qui représente un carré de 99 mètres de côté et des fossés de la même importance que ceux de la maison d’Eudes de Broyes (environ 17 mètres).

 

         Le mariage de Jean II, châtelain de Noyon et de Thourotte avec Odette, fille de Guillaume 1er, seigneur de Dampierre et de Saint-Dizier, est à l’origine de la seigneurie d’Allibaudières : Odette apporte à son mari des biens situés aux confins des possessions du seigneur de Dampierre à Allibaudières et à Isle-sous-Ramerupt. C’est à Jean III de Thourotte, fils des précédents, que doit être attribuée la construction du château. Il fait un don, en 1236, à la maison religieuse du Meix, situé entre Allibaudières et Herbisse, et échange en 1247, avec Jean d’Arcis, le fief qu’il possède à Rhèges. Son fils Gaucher lui succède dans la Seigneurie d’Allibaudières. En 1264, il obtient le consentement du chapitre de Saint-Pierre de Troyes, au mariage d’un de ses hommes d’Ormes avec une serve que le chapitre avait à Villette. Son frère Robert, chanoine écolâtre de Saint-Etienne de Troyes, se reconnait homme-lige du comte de Champagne pour Loisy et Maisons, sauf ce qu’il tient du comte de Rethel, devenu évêque de Laon. Jean IV, châtelain de Thourotte, seigneur d’Honnecourt et d’Allibaudières, d’après le Père Anselme, a pour frère Aubert 1er, seigneur du Chatelier, époux de Jeanne de Melo, seigneur d’Allibaudières en 1298 et 1314. Après Jean V, seigneur d’Allibaudières, et, en partie, de Champigny-sur-Aube, en 1320, marié à Agnès de Loisy, Jean VI de Thourotte et Aubert II, son frère, se disent seigneurs du Chatelier et d’Allibaudières. Ils scellent, en 1328, avec le chapitre Saint-Pierre de Troyes un accord aux termes duquel celui-ci leur abandonne, moyennant une rente d’un muid de grain par moitié seigle et avoine à la mesure de Troyes, payable à la Saint-Remi, ses prétentions sur les dimes de Beauchamp à Allibaudières. En 1374, Jean VIII, était en procès depuis plusieurs années avec Jeanne de Saint-Chéron, seconde femme de son père, au sujet du partage des terres du Chatelier et d’Allibaudères, dans lequel il se prétendait lésé. Jeanne était douairière d’Allibaudières. Alors apparait une autre lignée de Seigneurs. D’abord Bernard de  Dormand. Le 25 avril 1383, son frère Regnaud avoue tenir du roi outre le châtel motte et fossés d’Allibaudières la seigneurie justice et ressort et aussi un fief séant à Loisy et à Maisons –en-Champagne. Mais si le château relevait du roi, la terre d’Allibaudières relevait de Dampierre. A la fin du mois de mars 1420, Jean de Luxembourg, comte de Ligny, est envoyé par le duc de Bourgogne pour s’emparer du château tenu par les partisans du dauphin. Le boulevard est pris d’assaut et incendié, mais la garnison refait aussitôt « plus forte que devant ». Aussi, le duc de Bourgogne envoie-t-il ses hommes. « Ils y allèrent bien en tout 1.200 combattants de bonne étoffe et menèrent plusieurs engins et instruments de guerre pour abattre les murailles ». Après plusieurs assauts, la garnison se rend et la forteresse est brûlée et abattue. La dévastation s’étend jusqu’au Meix. L’hôpital de Bar-sur-Aube  signale en 1429 la ruine de ses moulins et foulons à Allibaudières, par suite des guerres. Un acte de notoriété du 7 septembre 1488 établit que le village est resté en ruine, désolation et inhabité pendant bien longtemps, que ce n’est que depuis 25 à 30 ans que quelques laboureurs  « y vinrent à demourance et y commencèrent à édifier et à labourer ». La rente du chapitre de Saint-Pierre n’étant plus payée, mais le village reprenant vie, le chapitre rappelle son droit en 1460, à Guillaume Jouvenel des Ursins qui vient d’acquérir la seigneurie. Son fils Jean, baron de Traînel et de Marigny, vicomte de Troyes et seigneur d’Allibaudières, règle cette affaire en 1488. 2 ans plus tard, il abandonne le droit de corvée et accorde aux habitants une réduction du droit de terrage. Le 1er janvier 1525, Philibert de Beaujeau, chevalier, baron de Lignères, Traînel, Marigny, vicomte de Troyes, présente son aveu au roi pour le château d’Allibaudières rasé pendant les guerres, et ses dépendances à lui échus du chef de sa mère Jacqueline Juvénal des Ursins, laquelle en avait hérité de son frère Jean. Il s’en désaisit quelques années plus tard au profit de Christophe de Menisson, seigneur de Saint-Pouange. En 1648, Picot, chevalier, baron de Dampierre et de Sonpuis, avoue tenir en fief du roi le château et maison forte d’Allibaudières, assis au bailliage de Troyes avec les fossés, basse-cour et aisances aux environs, sans aucun profit parce que ledit châtel fut par ci-devant ruiné par les bourguignons en 1420 « et le reédiffige-t-on à présent ». A l’avènement d’Henri IV, « Allibaudières appartenant au baron de Dampierre Picot », figure dans un état des châteaux et maisons fortes tenant contre le roi au bailliage de Troyes. Louis Picot est donc ligueur. En août 1592 Henri IV chevauche en Champagne pour défendre sa couronne et- conquérir son royaume. Le 18 août, il est à Broussy-le-Grand : Allibaudières est en danger. Le capitaine et ses soldats furent pendus à un arbre et la place rasée. Aux XVII° et XVIII° siècles la seigneurie reste en possession de la famille Picot. Le 20 avril 1605, à la suite du décès de Louis, Jean Picot fait aveu au roi pour les château, fossés et basse-cour d’Allibaudières, assis au baillage de Troyes. Eustache Picot, son fils lui succède de 1628 à 1649. François Picot décède en septembre 1686, laissant 5 fils. Ils font foi et hommage pour ¼ d’Allibaudières, mouvant du roi, à cause de sa grosse tour de Troyes, à eux échu par le décès de leur frère Henri. Pierre Picot, en 1754, se dit héritier de son père Jean Auguste, à qui Allabaudières appartenait tant de son chef que comme héritier de François et Eustache ses frères. Il décède en janvier 1783. La liste des seigneurs d’Allibaudières est close par Auguste Marie Henri Picot, comte de Dampierre, major en second aux Chasseurs de Normandie en 1789. La ruine de la forteresse ne change rien pour les vassaux qui continuent de remplir leur devoir féodal à cause du fief d’Allibaudières. La justice du lieu conserve ses officiers particuliers nommés par les seigneurs de Dampierre, en tant que seigneurs d’Allibaudières.   

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

Rechercher sur le site :