La vie à Troyes



Ecole Casimir-Périer


 

Ce fut la première école publique de Troyes !

 

         Elle se dénomma école de la Glacière, puis école du Ravelin, et enfin école Casimir-Périer.

 

         Sa construction remonte à la fin de l’Empire. Elle fut édifiée par le maire Désiré Argence. Elle fait donc figure d’ancêtre, en annonçant une nombreuse prospérité.

 

         Aux dernières années du Second Empire, les questions d’enseignement apparaissent dans les préoccupations gouvernementales. Les dirigeants prenaient conscience que l’on n’accordait pas à l’instruction primaire, la place qui lui était due. Ils commençaient donc à envisager la construction de véritables écoles primaires. 

 

Ainsi à Troyes, la délibération prise en 1866 par le Conseil municipal, décidant la construction de nouvelles « maisons d’école », réellement adaptées à leurs fonctions.

 

Deux projets se firent jour en même temps : 1 école en pleine ville et 1 dans un quartier « déshérité ».

 

En premier lieu, le Conseil envisagea une école communale destinée à remplacer l’école de la Corterie, située en haut de la rue Général de Gaulle actuelle. Elle devait occuper l’emplacement de la Glacière, à l’entrée du faubourg Saint-Martin. La glacière avait succédé à un ouvrage de défense en terre, faisant partie des fortifications et appelé le Ravelin. Il occupait le rond-point devenu place Casimir-Périer. Comme on ne voulait pas sacrifier l’installation souterraine, indispensable à cette époque, on décida de la reporter dans une vigne de Saint-Martin. Le dépôt de pompe à incendie qui la flanquait, trouverait place ailleurs. Ainsi, le terrain devenait libre.

 

Le projet, dressé par l’architecte Edmond Bailly, envisagea des classes pour 150 élèves, avec logement d’instituteurs. Le bâtiment comprendrait en outre, en son rez-de-chaussée, un magasin affecté au service des Jardins Publics que la municipalité organisait afin que les fossés malpropres se changent en agrément pour la ville.

 

Le Conseil demanda « que la beauté des constructions concourt à l’ornement des promenades ». Dans ce but, l’architecte prévoyait des briques de plusieurs couleurs. Il proposait que la roche de Vendeuvre remplace la craie en élévation, et que la pierre de Savonnières soit employée pour les encadrements. Suprême luxe, l’ardoise se substitua à la tuile pour le toit.

 

En 1889, 3 becs de gaz furent installés.

 

De 1895 à 1898, l’effectif passa à 200 élèves, et apparut un préau couvert.

 

En 1911, la clôture formée par une palissade en treillis de bois, fut jugée indigne de l’emplacement occupé par l’école. Elle fut remplacée par une grille de fer.

 

Le nom de la Glacière devint celui du Ravelin, plus historique, mais fut bientôt supplanté par celui de Casimir-Périer, alors au faîte de sa renommée. Il était Président de la Société Nautique Troyenne, et avait été élu Président de la République en 1894.  

 

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

Rechercher sur le site :