Les Evêques influents


Louis Raguier


Louis Raguier est le fils d’Aimon ou Hémond Raguier, maître de Comptes et trésorier des guerres, et de Gillette de la Fontaine, sa première femme.

A la mort de Jean Léguisé évêque de Troyes de 1426 à 1450, le chapitre de la cathédrale l’élit pour évêque, le 14 septembre 1450. C’est la reine Isabeau de Bavière, épouse de Charles VI, qui l'a ramené en France comme son trésorier. C’est grâce à sa protection que Louis lui doit les premiers succès de sa carrière. A cette époque, pour le choix d’un évêque, les influences du pouvoir royal peuvent compter autant que ses mérites.

Il est d’abord  conseiller clerc au Parlement, ensuite il devient président en la Chambre des Aides, Seigneur de Payns, Fontaine-Saint-Grorges, Poussey en partie de Romilly, doyen du chapitre d’Auxerre, chanoine de Notre-Dame de Paris et de Saint-Pierre de Troyes. En 1458, il reçoit la commende de Montier-la-Celle.

Louis Raguier construit la nef de la cathédrale.

Sous son épiscopat, Louis de Melun, archevêque de Sens, convoque un concile provincial pour la publication des canons du concile de Bâle. Les évêques se plaignent de la manière dont on les y a appelés. Les envoyés des chapitres d’Orléans, d’Auxerre, de Nevers et de Troyes appuient ces plaintes, et l’archevêque voyant qu’il s’est trop avancé, se rétracte et s’explique de manière à satisfaire tous les mécontents.

L’évêque de Troyes est envoyé par Louis XI aux habitants de Liège, pour les engager à quitter l’alliance qu’ils ont fait avec leur évêque. Cette négociation  a un si grand effet, que les Liégeois non seulement abandonnent leur alliance, mais encore tiennent prisonniers quelques seigneurs de la famille du duc de Bourgogne qui trament contre le roi.

L’année suivante, le prélat, sur une requête des habitants de Somme-Fontaine, se transporte dans leur village, et fait la translation des reliques de saint Lupien, leur patron, dans une nouvelle châsse.

Cinq après, étant à Paris, il bénit Germain le Moine, nouvel abbé de Saint-Victor. M. l’abbé le Beuf rapporte qu’il y a dans l’église de cette abbaye un buste où est la tête de sainte Syre de Troyes. On prétend que, lors de la translation du corps de cette sainte, l’évêque de Troyes fait présent de ce chef au chapitre de Saint-Merry pour quelques reliques.

Les évêques ne sont pas toujours d’accord avec leur chapitre : le fait suivant en est une preuve. Un père d’une des paroisses de la ville soumise à la juridiction du chapitre de la cathédrale, ayant commis un délit, l’official de l’évêque en connut, quoiqu’il ne fût point de son ressort. Le chapitre revendique ses droits et conduit l’affaire au parlement. Il y a un arrêté contre le prélat, et les privilèges et exemptions du chapitre sont confirmés. C’est au moment où la ville de Troyes retentit du bruit des vertus de l’ermite Jean de Gand. Louis XIII qui a beaucoup de dévotion pour lui, fait travailler à sa canonisation, mais elle n’a pas lieu (voir à Jean de Gand).

Louis Raguier, se voyant sur le retour de l’âge, veut mettre un intervalle entre la vie et la mort, et fait la démission de son évêché en 1483, en faveur de Jacques Raguier, son neveu.

Il survit encore 5 ans et meurt en 1488. Il est inhumé proche le grand autel de la cathédrale, sous un tombeau de cuivre, avec cette épitaphe : « Ci gît Révérend Père en Dieu noble sieur Messire Loys Raguier, évêque de cette église, lequel, du temps du très chrétien et victorieux prince Charles, roi de France VII de ce nom, fut son conseiller en la cour de parlement et depuis, fut président de la chambre de la justice des aides de Paris, lequel trépassa le 19 août 1488. Dieu en ait l’âme ». 

Cet évêque se signale par ses libéralités envers son église, en reliques, vases, ornements et autres décorations, et fit présent au chapitre de livres concernant l’office divin et l’étude ecclésiastique. Sous son épiscopat, est imprimé pour la première fois, un bréviaire à l’usage du diocèse.

La même année de la démission de Louis Raguier, Jean Verne, licencié en droit, trésorier de l’église de Lisieux, conseiller et aumônier du roi, est nommé coadjuteur de l’évêché de Troyes. Raguier s’y oppose et le chapitre, déférant aux ordres du pape et du roi, le reconnaît.

C’est donc Jacques Raguier, neveu de Louis, qui lui succède en 1483.

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

Rechercher sur le site :