Les Evêques influents


Mgr Ragnégisile


Clé de voûte de l'église de Ste-Savine
Clé de voûte de l'église de Ste-Savine

 

Au décès de notre évêque Modégisile en 626, Ragnégisile, natif d’Aquitaine, alors archidiacre de Sens, est élevé sur la chaire épiscopale de Troyes, sous le règne de Clotaire II.

 Il travaille avec zèle sur les traces de saint Loup.

 Il entretient de bonnes écoles à Troyes.

 Saint Frobert, figure religieuse importante à Troyes, où il naît au début du VIIe siècle, est élève à l'école épiscopale Troyenne que l’évêque entretient à ses frais.

Il y est instruit et y fait les plus grands progrès, " devenant même l’admiration de ses maîtres qui en rendirent témoignage au pontife ".

Il est ainsi remarqué par l'évêque Ragnégisile, qui l'envoie parfaire sa formation à l'Abbaye de Luxeuil, où il passe 3 ans et revient " donner à sa patrie le spectacle de la vie la plus exemplaire ".

Il accomplit son premier miracle en rendant la vue à sa mère aveugle. 

Lorsqu'il revient à Troyes, après plusieurs miracles et une dévotion exemplaire, il demande au Roi Clovis II une parcelle de terre dans les marais de l'Ile Germaine, non loin de Troyes. Avec quelques compagnons, il fonde le monastère de Montier-la-Celle, sur l'actuelle commune de Saint-André-les-Vergers. Il meurt en 670 et est inhumé dans l'église du monastère 

 Ragnégisile est riche et il fait plusieurs acquisitions aux environs de Troyes.

 Le culte de sainte Savine, vierge grecque, née à Samos, sœur de saint Savinien, est déjà en grande vénération parmi les fidèles.

Le pontife fait bâtir une église en son honneur, " au faubourg occidental de cette ville, dans un fonds de terre lui appartenant ".

Il en consacre une partie pour l’église, le cimetière et le presbytère, et donne l’autre partie à l’église cathédrale.

 Par la suite le village de Sainte-Savine est construit autour. 

A sa mort l’évêque veut être inhumé dans l’église qu’il a fait bâtir en l’honneur de sainte Savine.

Son tombeau, que l’on voit encore aujourd’hui, est extrêmement simple. Tout en pierre, recouvert d’une sorte de coffre en bois de chêne sculpté, il est placé vers la porte méridionale de l’église, près du pilier qui soutient la chaire.

Placé en évidence sur le pavé de l’église, ce qui était alors une marque de haute distinction, le cercueil de Ragnégisile fut complètement spolié. Les profanateurs dépouillèrent le corps de notre pieux évêque de ses ornements pontificaux avec lesquels on l’avait inhumé suivant l’usage des premiers siècles, et ses ossements furent en partie dispersés. " Il ne reste plus que quelques pouces de terre sèche dans laquelle sont enfouis plusieurs fragments d’un squelette humain : le devant de la mâchoire inférieure avec 3 dents, plusieurs côtes et vertèbres, le péroné, le plus petit os de l’avant-bras et le sacrum ".

 En 1770, l’abbé Courtalon, curé de Sainte-Savine, a fait graver sur une pierre attachée au même pilier, une épitaphe indiquant ce tombeau comme la dernière demeure du XVII° évêque de Troyes.

   

 

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.