Les Evêques influents


Mgr Nicolas de Brie


Contre sceau Nicolas de Brie
Contre sceau Nicolas de Brie

En 1233, pour remplacer l’évêque Robert décédé, le clergé de Troyes élit Nicolas, natif de Brie, d’abord Chanoine de Notre-Dame en la cathédrale, et docteur en droit canon.

 Au commencement de son épiscopat, il fait valoir ses droits sur l’abbaye Notre-Dame-des-Prés, qui venait d’être fondée.

L’incorporation des religieuses à l’ordre de Citeaux met fin à toutes les contestations.

 Il reçoit en 1239, la sainte couronne d’épines que saint Louis avait retirée des Vénitiens pour l’envoyer à Paris, dans la chapelle royale de Saint-Nicolais-du-Palais, qui prit depuis, le nom de Sainte-Chapelle.

 Il se trouve la même année, à l’horrible exécution du Montaimé, au diocèse de Châlons, où furent brûlés 183 Bulgares ou Manichéens : " L’église serait aujourd’hui plus complaisante, et la voie de la persécution lui paraîtrait plus efficace que le fer et le feu : mais, dans ces siècles reculés, on croyait que c’était un holocauste très agréable à Dieu ".

 A la même époque, Nicolas assiste au concile de Sens, et présente 14 statuts : - De la nécessité de se trouver au concile.

         - De la conduite que doivent tenir les religieuses.

           - Qu’elles doivent vivre en commun. 

         - Qu’elles n’auront point de chambres particulières, si ce n’est pour l’infirmerie, et qu’on détruira celles qui auraient été faites.

           - Qu’elles ne doivent point sortir de leur couvent.

           - Qu’elles doivent éviter de donner du scandale...

           - On établit la manière dont on doit célébrer l’office divin dans les cathédrales.

           - On ordonne à ces églises de se conformer aux ordonnances du concile de Latran.

- On ordonne la réparation des monastères.

- On règle ce qui regarde les valets des abbesses…

- On ordonne aux évêques, aux archidiacres, aux officiers et aux doyens d’arrêter tous les clercs appelés Ribauds, surtout ceux qui se disent de la famille de Golias, les Goliards, pour les faire tondre et raser, en sorte qu’il ne reste pas, sur la tête, le moindre vestige de la tonsure cléricale.

Nicolas pose la première pierre de l’église des Cordeliers que le pape avait envoyée avec des indulgences, et l’année suivante, il fait la dédicace de l’église de l’abbaye de Montiéramey.

Il assiste, en 1246, à la cérémonie solennelle de la découverte du tombeau de saint Edme, dont on expose les reliques à la vénération du peuple.

Nicolas assiste aux conciles de Sens, Etampes, Paris, Provins, se nommant " humble ministre de l’église de Troyes ".

 Pendant son épiscopat, Jacques Pantaléon de Troyes est élevé à la chaire de Saint-Pierre sous le nom d’Urbain IV.

Son chanoine Thibaut est élu évêque de Châlons-sur-Saône.

 Dans son testament, il choisit sa sépulture à la Ferté-sur-Grosne, maison de l’ordre de Citeaux, dans son diocèse, et donne à ce monastère sa bible, et ses sermons, tous écrits de sa main.

En 1267, Nicolas de Brie réforme l’abbesse et les religieuses de Notre-Dame-aux-Nonnains.

En 1268, il fait composer un nouveau bréviaire, qui est le plus ancien qui existe en France.

Il meurt le 24 mars 1269, âgé de plus de 70 ans, et après en avoir siégé 36.

Il est inhumé dans notre cathédrale, au pied de l’aigle, où l’on voyait son effigie.

  

 

 

Sur le bandeau du  bas de chaque page, vous cliquez sur "Plan du site", qui est la table des matières, et vous choisissez le chapitre qui vous intéresse. 

Cliquez sur "Nouveaux chapitres"  vous accédez aux dernières pages mises en ligne.

Rechercher sur le site :